Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

SERVICES FINANCIERS-Ingenico espère rebondir après un trou d'air en 2018
information fournie par Reuters12/02/2019 à 17:55

    12 février (Reuters) - Ingenico  INGC.PA  vise une
croissance de ses revenus comme de son résultat d'exploitation
cette année après un exercice 2018 laborieux, plombé par son
activité historique de terminaux de paiements.
    Le spécialiste français des paiements, qui a fermé la porte
il y a quelques mois à plusieurs marques d'intérêt, prévoit de
présenter fin avril aux marchés ses orientations stratégiques de
même que ses prévisions de moyen terme.
    Le groupe anticipe pour 2019 une stabilisation de son
activité de terminaux de paiements (Banks & Acquirers), dont les
difficultés l'ont contraint à réviser plusieurs fois à la baisse
ses prévisions l'an dernier et à se séparer de son directeur
général Philippe Lazare.
    Ingenico, qui est désormais piloté par Nicolas Huss, prévoit
pour 2019 un Ebitda supérieur à 550 millions d'euros pour une
croissance à données comparables de l'ordre de 4% à 6% de son
chiffre d'affaires. En 2018, Ingenico a enregistré une baisse de
7% de son Ebitda, tombé à 488 millions d'euros, tandis que ses
ventes ont progressé de 2% à 2,64 milliards d'euros
    
    Principaux résultats trimestriels des autres entreprises du
secteur: 
    
    * LE PROPRIÉTAIRE DU NYSE FAIT MIEUX QUE PRÉVU AU T4
    7 février - Intercontinental Exchange  ICE.N  (Ice),
l'opérateur de la Bourse de New York (NYSE), a publié jeudi un
bénéfice au quatrième trimestre supérieur aux attentes, grâce à
un bond de ses opérations de transactions et de compensation due
à une volatilité accrue sur les marché.
    Les craintes d'un ralentissement de l'économie américaine et
l'incertitude née de la guerre commerciale sino-américaine ont
généré une plus grande volatilité sur les marchés en décembre,
notamment sur les Bourses américaines, mais ont profité aux
opérateurs sur les marchés des changes comme Ice, qui tirent la
majeure partie de leurs revenus de leurs opérations de
compensation et de règlements de transactions.
    Le bénéfice net ajusté a atteint 536 millions de dollars
(473 millions d'euros), soit 94 cents par action, sur la période
octobre-décembre, contre 441 millions de dollars (75
cents/action) un an plus tôt. Les analystes anticipaient un
bénéfice de 92 cents par action, selon des données IBES de
Refinitiv.

    * MASTERCARD, COMME VISA, FAIT MIEUX QUE PRÉVU AU T4
    31 janvier - Mastercard  MA.N  a publié à son tour des
résultats du quatrième trimestre meilleurs que prévu, le numéro
deux mondial des cartes de paiement ayant, comme son concurrent
plus gros Visa  V.N , profité d'une vive hausse des volumes de
transactions, à la faveur de la meilleure saison des fêtes aux
Etats-Unis en six ans.
    Dans des échanges d'avant-Bourse jeudi, le titre Mastercard
prenait quelque 5%. En revanche, l'action Visa, qui avait
progressé dans des échanges d'après-Bourse mercredi, reculait de
son côté de près de 2% à la suite d'inquiétudes exprimées par
certains courtiers au sujet des volumes transfrontaliers du
groupe.
    Le bénéfice net de Mastercard s'est établi à 1,6 milliard de
dollars, soit 1,55 dollar par action sur les trois derniers mois
de l'année, contre 1,2 milliard de dollars (1,14 dollar/action)
il y a un an et un consensus de 1,52 dollar. Le chiffre
d'affaires est passé en un an de 3,31 milliards de dollars à
3,81 milliards contre une prévision moyenne des analystes
financiers de 3,79 milliards. 
       
    * VISA BAT LE CONSENSUS GRÂCE À LA CROISSANCE DES VOLUMES
    30 janvier - Visa  V.N  a publié mercredi un bénéfice
trimestriel supérieur aux attentes grâce à une croissance de 11%
des volumes de transactions.
    Le groupe américain de cartes de paiement a réalisé sur les
trois derniers mois de 2018 un bénéfice net de 2,98 milliards de
dollars, soit 1,30 dollar par action de catégorie A, contre 2,52
milliards (1,07 dollar/action A) un an plus tôt. Hors éléments
exceptionnels, son bénéfice par action ressort à 1,30 dollar,
soit cinq cents au-dessus du consensus IBES-Refinitiv. 
    Son chiffre d'affaires total a progressé de 13,2% en un an à
5,51 milliards de dollars.
    
    * PAYPAL DÉCOIT AVEC SES PRÉVISIONS POUR LE T1 2019
    30 janvier - PayPal  PYPL.O  a annoncé mercredi une hausse
légèrement moins marquée que prévu du chiffre d'affaires du
quatrième trimestre 2018 et le spécialiste américain des
paiements électroniques a également fait de prévisions de ventes
inférieures aux attentes pour le trimestre en cours.
    Dans des échanges d'avant-Bourse, le titre PayPal cédait
environ 3%.
    Le groupe, dont le bénéfice par action hors exceptionnels a
battu le consensus sur les trois derniers mois de l'année
dernière, a évoqué une croissance moins forte que prévu des
paiements effectués pour le compte d'eBay  EBAY.O , son ancienne
maison mère, et des effets de change défavorables pour expliquer
son chiffre d'affaires trimestriel inférieur aux attentes.
    
    * INGENICO AVERTIT SUR SES RÉSULTATS 2018
    22 janvier - Ingenico  INGC.PA  a lancé mardi un
avertissement sur ses résultats 2018, pénalisé par la
performance inférieure aux attentes de sa division "Banks &
Acquirers" pour laquelle il prévoit de mettre en oeuvre un plan
de réduction des coûts.
    Dans un communiqué diffusé après la clôture de la Bourse, le
spécialiste français des paiements dit anticiper pour 2018 un
résultat d'exploitation (Ebitda) de l'ordre de 485 millions
d'euros contre 510 millions d'euros attendu jusque-là.
    Le français, qui a fermé la porte en décembre à un
rapprochement avec un partenaire, présentera ses prévisions pour
2019 ainsi que son plan d'action pour l'année à l'occasion de la
publication de ses comptes annuels le 12 février.  
    
    * AMERICAN EXPRESS PLOMBÉ PAR SES COÛTS AU T4
    17 janvier - American Express  AXP.N  a publié un bénéfice
du quatrième trimestre inférieur aux attentes, du fait d'un
ralentissement des dépenses des utilisateurs de ses cartes aux
Etats-Unis et d'une hausse de ses provisions pour pertes sur
crédits.
    Ce ralentissement des dépenses des utilisateurs de cartes
AmEx est intervenu malgré la vigueur de la consommation des
ménages américains durant la période des fêtes de fin d'année.
    Cette frénésie de consommation aux Etats-Unis a en revanche
dopé les crédits sur cartes durant le trimestre, ce qui a gonflé
en conséquence les provisions pour pertes sur crédits d'AmEx.

 (Service Entreprises)
 

Valeurs associées

Euronext Amsterdam -0.16%
Euronext Paris -0.35%
Euronext Paris 0.00%
Euronext Paris -0.08%
LSE -0.59%
XETRA +1.44%
NYSE -1.59%
NASDAQ -0.96%
NASDAQ -3.01%
NYSE -1.94%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.