Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Schneider-Croissance organique de 6,2% au T1, la Chine accélère
information fournie par Reuters19/04/2018 à 10:31

 (Actualisé avec cours, analyste)
    PARIS, 19 avril (Reuters) - Schneider Electric  SCHN.PA  a
fait état jeudi d'une croissance organique de 6,2% de ses ventes
au premier trimestre, largement supérieure aux attentes à la
faveur d'une accélération dans ses deux pôles d'activité et
d'une demande forte en Chine.
    A 10h30, le titre progressait de 2,14% à 74,42 euros,
affichant ainsi la deuxième plus forte hausse de l'indice CAC 40
 .FCHI  (+0,18%).
    Le groupe, spécialiste de la transformation numérique de la
gestion de l'énergie et des automatismes industriels, confirme
ses objectifs annuels et précise que l'impact attendu de l'euro
fort devrait se faire surtout sentir au premier semestre.
    Schneider a réalisé au premier trimestre un chiffre
d'affaires de 5,8 milliards d'euros (-0,7% en données publiées).
    Les analystes attendaient en moyenne 5,67 milliards d'euros
et une croissance organique de 3,61%, selon le consensus réalisé
par Inquiry Financial pour Thomson Reuters. 
    "Cette performance est attribuable à l'environnement qui est
favorable mais aussi à notre portefeuille, notre leadership en
innovation (...) notre capacité à mettre ensemble toutes les
technologies autour de la gestion de l'énergie et à la coupler
avec les automatismes industriels", a souligné le directeur
financier Emmanuel Babeau, à Reuters par téléphone.
    La croissance organique ressort de 5,2% dans le pôle Gestion
de l'énergie (75% du chiffre d'affaires au T1) et de 9,2% dans
les Automatismes industriels.
    Du point de vue géographique, l'Asie-Pacifique s'illustre
(+14%), portée par la Chine "en croissance forte à deux
chiffres", a précisé Emmanuel Babeau. 
    L'Europe de l'Ouest a en revanche stagné mais sa croissance
organique serait ressortie de l'ordre de 2% hors effet des jours
ouvrés, a indiqué le directeur financier. La région a pâti d'une
baisse des commandes facturées au premier trimestre dans
l'activité Moyenne Tension, a-t-il expliqué.
    "Le seul pays qui est un peu inquiétant est la
Grande-Bretagne car le Brexit crée un climat d'incertitudes et
d'attentisme qui commence à se matérialiser sur un certain
nombre de projets", a-t-il ajouté.    
    L'euro fort a eu un impact négatif de 453 millions d'euros,
ou -8,4%, au premier trimestre. Le groupe table toujours pour
2018 sur un impact négatif des changes de 1,0 milliard à 1,1
milliard d'euros sur son chiffre d'affaires et d'environ 20
points de base sur sa marge d'Ebita ajusté. 
    Il précise jeudi que 80% de ces impacts devraient être
ressentis au premier semestre.
    Schneider - qui a notamment finalisé le mois dernier sa
fusion avec le britannique Aveva  AVV.L  dans les logiciels
industriels et d'ingénierie après avoir pris le contrôle du
concepteur de logiciels IGE+XAO - fait aussi état d'un impact
net positif des acquisitions de 88 millions d'euros, ou +1,5%,
au premier trimestre.
    Le groupe réaffirme ses objectifs pour 2018 et table sur une
croissance organique de l’Ebita ajusté autour de la borne haute
de la fourchette de +4% à +7%. Pour y parvenir, il vise une
croissance organique du chiffre d’affaires de 3% à 5% et une
amélioration organique de la marge d’Ebita ajusté située vers le
haut de la fourchette de +20 à +50 points de base.
    A la Bourse de Paris, l'action Schneider a clôturé mercredi
à 72,86 euros (+1,76%), faisant ressortir une capitalisation de
41,9 milliards d'euros.
    "Le groupe bénéficie notamment de la très solide dynamique
organique en Asie Pacifique (+14%), et dans une moindre mesure
en Amérique du Nord (+5%) et dans le Reste du Monde", observe
Invest Securities, soulignant que le groupe vise désormais le
haut de sa guidance.
    Le titre gagne 5% depuis début janvier et surperforme ses
principaux concurrents européens comme ABB  ABBN.S  (-9,4%)
Legrand  LEGD.PA  (+1,0%), Rexel  RXL.PA  (-8%) et Siemens
 SIEGn.DE  (-7%). 
    Schneider se paye 16,4 fois ses résultats attendus en 2018
(PE) contre 16,9 fois pour ABB, 21,5 fois pour Legrand, 12,4
fois pour Rexel et 14,13 fois pour Siemens.        
    
    Le communiqué: http://bit.ly/2HasEsz
    La présentation: http://bit.ly/2qJikAY

    <^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^
Ratio PE de Schneider et de ses concurrents européens    https://reut.rs/2Ha3TN7
Performance boursière de Schneider et de ses concurrents
européens    https://reut.rs/2Jb748a
Le communiqué:    http://bit.ly/2HasEsz
La présentation:    http://bit.ly/2qJikAY
    ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^>
 (Dominique Rodriguez, édité par Jean-Michel Bélot)
 

Valeurs associées

Euronext Paris -0.13%
Euronext Paris +1.28%
Euronext Paris -0.21%
LSE -1.31%
ABB
Swiss EBS Stocks -1.13%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.