Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pétrole-L'Opep+ annonce une baisse massive de sa production
Reuters10/04/2020 à 09:01

(Crédits photo : Adobe Stock -  )

(Crédits photo : Adobe Stock - )

(Actualisé avec communiqué)

par Rania El Gamal, Olesya Astakhova et Ahmad Ghaddar

DUBAI/MOSCOU/LONDRES, 9 avril (Reuters) - L'Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés dont la Russie, désignés sous le nom d'Opep+, ont annoncé jeudi une baisse de leur production de 10 millions de barils par jour, soit 10% de l'offre mondiale, à compter du 1er mai dans l'espoir d'enrayer la chute des cours du brut provoquée par la pandémie de coronavirus.

L'organisation espère désormais que les Etats-Unis, premier producteur mondial, et d'autres pays comme le Canada, la Norvège et le Brésil réduiront à leur tour leur production pour un total de 5 millions de bpj.

Si elle se concrétise, cette diminution pourtant historique de 15 millions de bpj de l'offre mondiale ne représenterait que la moitié de la chute de la demande provoquée par la crise sanitaire en cours.

Dans un communiqué diffusé à l'issue d'une réunion de ses pays membres par visioconférence, l'Opep+ a précisé que la baisse de 10 millions de bpj de sa production serait mise en place pour une période initiale de deux mois.

L'Opep+ compte ensuite ramener la baisse de sa production à 8 millions de barils par jour (bpj) jusqu'en décembre, puis à 6 millions de bpj entre janvier 2021 et avril 2022.

Le communiqué ne mentionne pas la contribution d'autres pays producteurs à cette diminution de l'offre de pétrole sur le marché mondial.

Les Etats-Unis, premier producteur mondial grâce au boom du pétrole de schiste ces dernières années, écartent pour l'instant cette hypothèse. Le gouvernement de Donald Trump se justifie en expliquant que la chute des cours conduit déjà les compagnies américaines à diminuer leur production.

Le président américain a même menacé d'imposer des sanctions et des taxes douanières à l'Arabie saoudite si Ryad ne baissait pas suffisamment sa production.

Les engagements pris par l'Opep+ envoient un "important signal" aux grands pays producteurs qui répondront de manière ordonnée aux nouveaux défis imposés par l'épidémie de coronavirus, a toutefois indiqué jeudi soir un haut responsable de l'administration américaine, alors qu'une conférence téléphonique doit réunir vendredi les ministres de l'Energie du G20, que préside actuellement l'Arabie saoudite.

Des pays importateurs pourraient, à cette occasion, annoncer des achats de pétrole pour leurs réserves stratégiques afin d'augmenter la demande, a déclaré Fatih Birol, directeur de l'Agence internationale de l'énergie.

LES MARCHÉS PEU CONVAINCUS

L'arrêt d'une grande partie des activités économiques en raison de l'épidémie de coronavirus a provoqué une chute drastique de la demande mondiale, de 30% ou environ 30 millions de barils par jour (bpj).

A titre d'exemple, aux Etats-Unis, l'un des pays les plus touchés par l'épidémie de COVID-19, la consommation d'essence a chuté de 48% à 5,1 millions de barils par jour durant les trois semaines au 3 avril en raison des mesures de confinement.

La chute des cours qui en résulte ampute sévèrement les budgets des Etats producteurs ainsi que ceux du secteur américain du pétrole de schiste, dont l'extraction nécessite des investissements lourds.

L'Opep+ espère qu'une réduction massive de la production permettra le redressement des cours du brut mais les premières réactions des marchés, au vu des chiffres qui ont circulé dans la journée avant l'annonce d'un accord officiel, ont illustré le scepticisme des intervenants.

Le baril de Brent LCOc1 , tombé le mois dernier à son plus bas niveau depuis 18 ans, a clôturé jeudi à 31,48 dollars, soit moitié moins que son prix fin 2019 et une baisse de 4,1% par rapport à la veille.

"Les baisses de production de l'Opep+ ne feront que rattraper au mieux la chute de la demande tant que n'auront pas été levées les mesures drastiques de distanciation sociale et de fermeture des économies", a commenté Roger Read, spécialiste du secteur de l'énergie à la banque Wells Fargo.

Les banques Goldman Sachs et UBS estiment que même une baisse massive de la production ne suffira pas à enrayer la dégringolade des cours et que les prix du pétrole pourraient plonger à 20 dollars le baril, voire moins.

"Au bout du compte, l'ampleur du choc de la demande est tout simplement trop importante pour une baisse coordonnée de l'offre", écrit Goldman Sachs dans une note.

La baisse de 10 millions de bpj annoncée par l'Opep+ représente pourtant déjà un effort considérable et inédit dans l'histoire du marché pétrolier.

La baisse la plus forte dans les annales remonte à la crise financière de 2008, quand l'Opep, sans la Russie, avait décidé de réduire sa production de 2,2 millions de bpj.

La prochaine réunion de l'Opep+ a été fixée au 10 juin.

(version française Jean-Stéphane Brosse)

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • ericlyon
    13 avril15:41

    Compte tenu de la baisse énorme de la demande et des stocks déjà constitués par les raffineurs, j'imagine mal que cet accord déclenche une hausse importante et surtout pérenne, tout au plus une stabilisation du prix.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer