Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Pegasus-Le président français a changé de téléphone et de numéro
information fournie par Reuters22/07/2021 à 19:55

(Actualisé avec plainte du Maroc)

par Myriam Rivet et Michel Rose

PARIS, 22 juillet (Reuters) - Le président français, Emmanuel Macron, a changé de téléphone et de numéro à la suite des révélations sur l'utilisation du logiciel d'espionnage israélien Pegasus, a fait savoir jeudi l'Elysée.

"C'est une sécurité supplémentaire", a expliqué la présidence, précisant : "Il a plusieurs téléphones. Cela ne veut pas dire qu'il a été espionné."

Emmanuel Macron avait convoqué jeudi matin un Conseil de Défense exceptionnel sur "l'affaire Pegasus", du nom du logiciel développé par le groupe israélien NSO, qui aurait servi à espionner dans le monde des responsables politiques, des journalistes et des militants de droits de l'Homme, notamment.

Le porte-parole du gouvernement avait indiqué avant l'annonce de l'Elysée que les protocoles de sécurité autour du président français avaient été renforcés à la suite de ces informations imputant aux services de renseignement marocains des piratages ou tentatives de piratage de téléphones - ce qu'ils démentent.

D'après une enquête menée par un consortium de 17 médias, dont Le Monde et Radio France, un des numéros d'Emmanuel Macron figurait dès 2019 parmi les cibles potentielles du logiciel Pegasus.

"Le président de la République suit ce dossier de très, très près, parce que si ces faits sont avérés ils sont extrêmement graves", a dit Gabriel Attal en marge d'un déplacement dans les Yvelines.

"Un certain nombre de protocoles de sécurité ont été réajustés, notamment autour du président de la République, par ailleurs l'Anssi (Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information-NDLR) a commencé à proposer aux personnes qui pourraient avoir été ciblées par une attaque un accompagnement technique", a expliqué le porte-parole.

Le Maroc a de son côté décidé d'attaquer en diffamation les organisations Amnesty International et Forbidden Stories, à l'origine des publications sur le logiciel Pegasus parues dans la presse internationale depuis dimanche.

Le royaume a également promis une enquête sur les "accusations infondées" selon lesquelles il a utilisé le logiciel de la firme israélienne NSO à des fins d'espionnage.

(Reportage Myriam Rivet et Michel Rose, rédigé par Sophie Louet, édité par Bertrand Boucey, Jean-Michel Bélot et Jean-Stéphane Brosse)

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.