Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Nette rechute des marchés, affectés par plusieurs mauvaises nouvelles

Boursorama22/09/2015 à 17:38

Les marchés européens ont terminé dans le rouge vif mardi 22 septembre.

Les marchés européens ont décroché mardi, notamment affectés par une recrudescence de la défiance sur le secteur automobile due à Volkswagen. D'autres mauvaises nouvelles ont affecté les valeurs pharmaceutiques ainsi que l’industrie lourde.

La nervosité ne quitte plus les marchés depuis trois mois. Les grandes places européennes ont passé presque toute la séance de mardi dans le rouge vif, le CAC40 clôturant en baisse de 3,42% à 4.428 points. Outre-Rhin, le Dax allemand a perdu 3,80%, et la plupart des autres indices européens ont terminé sur des contractions aux proportions semblables.

Automobile : l’effet Volkswagen

La baisse du jour était particulièrement tirée par les valeurs du secteur automobile. En France, Peugeot et Renault sont restées pendant toute la séance aux dernières places du CAC40, terminant respectivement en baisse de 8,76% et 7,12%. Peugeot a perdu jusqu'à 10% de sa valeur vers midi.

Le secteur automobile a subi une vague de défiance des investisseurs alors que l’allemand Volkswagen a reconnu lundi avoir manipulé des tests d’émission de particules polluantes sur des véhicules diesel aux Etats-Unis. L’action du groupe, ayant chuté de 17% lundi, a poursuivi sa chute mardi en perdant de nouveau 16% de sa valeur. La crainte d'une amende à venir de plusieurs milliards de dollars, qui pourrait être décidée par la Justice américaine, a beaucoup agité les investisseurs.

« Le secteur automobile est massacré », a déclaré à Boursorama Xavier de Villepion, gérant chez HPC. La fraude de Volkswagen représente, dans le secteur automobile, « un scandale énorme ».

Cette mauvaise nouvelle n’a fait qu’accélérer les doutes sur le secteur automobile, déjà fragilisé cet été par le ralentissement de la production industrielle chinoise. Plusieurs constructeurs automobiles, dont Volkswagen, avaient en effet publié des chiffres médiocres de ventes en Chine à partir du mois de juillet. Ces doutes avaient plus généralement entraîné les valeurs industrielles (« cycliques ») dans une phase de baisse marquée, notamment en août.

Les investisseurs ont ainsi corrigé l’enthousiasme sans doute excessif dont avait fait preuve le secteur automobile en début d’année. Le lancement du « quantitative easing » en Europe (plan de relance monétaire de la BCE) laissait espérer une accélération des exportations européennes, notamment pour les industriels qui gagneraient en compétitivité face à leurs homologues américains ou asiatiques. Beaucoup de valeurs automobiles avaient alors vu leur valorisation grimper en bourse, l’ensemble du secteur gagnant plus de 50% en bourse entre janvier et mai 2015 d’après l’indice français du secteur automobiles/équipementiers. La hausse de cet indice n’est désormais plus que de 9% depuis le début de l’année.

L’industrie et les valeurs pharmaceutiques également pénalisées

La baisse du jour n’était pas seulement due aux valeurs de l’automobile. L’industrie dans son ensemble était pénalisée par un avertissement lancé par le géant de l’acier Outokumpu, expliquait Xavier de Villepion, qui relevait que l’action du groupe perdait plus de 15% ce mardi, entraînant dans son sillon Arcelor Mittal (-5,7%).

À ceci s’ajoute une légère rechute du pétrole, entraînée par ce regain de pessimisme sur l’automobile et l’industrie.

Les valeurs pharmaceutiques, parmi lesquelles se trouve Sanofi (-4,41%), souffraient quant à elles d’« une déclaration d’Hillary Clinton qui veut surveiller ces valeurs », accusées de réaliser des bénéfices excessifs, précisait Xavier de Villepion.

« L’ensemble de ces éléments sape la confiance », a-t-il résumé.

Les investisseurs pouvaient enfin se montrer prudents dans l’attente d’un nouvel indicateur d’activité industrielle en Chine (PMI manufacturier) qui sera publié dans la nuit de mardi à mercredi, et qui pourrait remettre le feu aux poudres si les prévisions déjà médiocres dans ce domaine ressortaient à un niveau plus mauvais que prévu. À l’inverse, un PMI meilleur qu’attendu pourrait sonner le retour de la confiance, et donc un rebond technique. Quoi qu’il en soit, la volatilité des marchés devrait rester forte aujourd’hui et demain.

Xavier Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.