Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

"Metaverse", nouvelle R5, maintenance prédictive : comment Renault veut sabrer ses coûts de production
information fournie par Boursorama avec Media Services 07/12/2023 à 11:45

Le constructeur a présenté un plan industriel ambitieux, visant notamment réduire de moitié le coût de production de ses véhicules électriques.

( AFP / LOU BENOIST )

( AFP / LOU BENOIST )

Renault a annoncé un vaste plan industriel visant à faire baisser de 50% le coût de production d'un véhicule électrique, à horizon 2027, et de diminuer de 30% celui d'un véhicule thermique.

R5 Express

Ce plan de transformation appelé "Re-Industry" vise par exemple à assembler une Renault 5 en moins de neuf heures dans l'usine française de Douai (Nord), a indiqué le groupe dans un communiqué. Il contribuera également à la réduction du temps de développement des véhicules de trois à deux ans, voulue par Renault pour baisser ses coûts et accélérer le renouvellement des gammes Renault, Dacia et Alpine.

Pour y arriver, le groupe veut "accélérer encore la digitalisation de son système industriel" et renforcer "les compétences de ses équipes".

Renault veut notamment s'appuyer sur son "Metaverse", qui rassemble ses postes de travail, mais aussi ceux de ses fournisseurs, et qui permet d'analyser finement les données de production. Il a déjà permis au groupe d’économiser 270 millions d’euros en 2023, notamment via la maintenance prédictive des installations, souligne l'entreprise.

"Faire beaucoup plus vite ce que l’on fait déjà bien"

Le constructeur compte également passer dans ses usines de 300 à 3.000 applications opérationnelles d’intelligence artificielle, qui assure par exemple la conformité et la traçabilité des pneumatiques lors de leur montage.

A l'occasion d'une conférence de presse en Turquie, Renault a également annoncé la fabrication de quatre nouveaux modèles d’ici à 2027 dans son usine de Bursa, près d'Istanbul, qui fabrique notamment la petite Renault Clio.

"Il s’agit de tirer parti de nos atouts, de faire beaucoup plus vite ce que l’on fait déjà bien, et de pousser l'ensemble du système industriel vers le maximum de son excellence tout en le réinventant", a souligné Thierry Charvet, directeur industriel et qualité du groupe. Renault précise avoir baissé de 20% la consommation énergétique de ses sites industriels depuis 2019 et vise une économie de 20% supplémentaires d'ici à 2025.

Le constructeur automobile veut atteindre ce qu'il appelle la neutralité carbone d’ici à 2025 dans son pôle ElectriCity, dans le Nord de la France, qui doit produire 500.000 véhicules électriques par an. Il vise également cette neutralité dès 2030 pour ses sites en Europe, notamment via l'utilisation d'énergies renouvelables.

La grande majorité (98%) des émissions d'un constructeur automobile relèvent d'émissions indirectes appelées "Scope 3", c'est-à-dire essentiellement liées à l'utilisation des voitures, selon les calculs de l’ONG Transport & Environment. Mais ces émissions baissent fortement pour les voitures électriques: la fabrication de la batterie représente le tiers de l’empreinte carbone d’un véhicule électrique.

Valeurs associées

48,01 EUR Euronext Paris -1,01%

1 commentaire

  • 08 décembre 05:17

    Maintenance prédictive Renault , c'est simple : prendre rdv au garage tout les mois .


Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.