1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Devenez membre - Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Market Flash du 4 mai : les impacts du coronavirus sur les marchés
Boursorama04/05/2020 à 10:29

Que s'est-il passé ?

  • Après son meilleur mois depuis 1987, le S&P500 a commencé le mois de mai en rouge, en recul de 2,8 %, alors que les avertissements sur les bénéfices ont impacté le sentiment et que les tensions se sont accrues entre les États-Unis et la Chine. L'Europe était fermée le 1er mai, mais les futures sont en baisse de 3 % ce matin pour le Stoxx50, de près de 1 % aux États-Unis, et les actions asiatiques sont également en baisse. En effet, si les publications du premier trimestre, tant économiques que sur les bénéfices, sont très mauvaises, le deuxième trimestre sera pire, et l'assouplissement des mesures de confinement, bien qu'encourageant, fait craindre une seconde vague. La semaine dernière, les flux sont sortis des actions, rentrés en obligations et toujours en hausse dans le monétaire. Et les marchés émergents restent mal aimés.
  • Les données publiées ont montré une image peu réjouissante, avec un PIB européen au premier trimestre en baisse de 3,3 % en glissement annuel et une inflation de seulement 0,4 % en glissement annuel. Aux États-Unis, les demandes initiales d'allocations de chômage ont vu 3,8 millions nouveaux demandeurs d'emploi et près de 18 millions de demandes continues, tandis que les indices PMI ont encore baissé en avril et que les dépenses personnelles ont été de -7,5 % en mars. Cette semaine, les emplois non-agricoles pourraient afficher une baisse record, avec un consensus autour de -21 millions.
  • Les résultats des bénéfices continuent de tirer la sonnette d'alarme pour le deuxième trimestre et l'ensemble de l'année 2020, car même Apple a refusé de donner des indications. Amazon a souligné la hausse des coûts de livraison malgré l'augmentation des revenus, Visa a retiré ses prévisions, Colgate-Palmolive a dépassé ses attentes de bénéfices mais a quand même retiré ses prévisions, et les ventes de McDonalds ont connu une forte baisse. Exxon a enregistré une forte perte et réduira ses dépenses d'investissement prévues de 30 %, tandis que Chevron a vu ses bénéfices augmenter au premier trimestre 2019, mais a également réduit ses dépenses d'investissement prévues de 30 %, car les résultats devraient se détériorer. Cette semaine, Disney, BMW et bien d'autres annoncent.
  • La Banque centrale européenne a clôturé la semaine des banques centrales en assouplissant encore sa politique. Elle n'a pas réduit son taux d'intérêt ni son programme d'achat d'obligations, mais elle a encore réduit les coûts de financement pour les banques. Tout comme la Réserve fédérale, elle a également souligné qu'un soutien budgétaire plus important était nécessaire. Et comme nous l'avons déjà mentionné, la Fed a également souligné que le chômage élevé à long terme constituait un risque pour la reprise.
  • Aux États-Unis, le plan de soutien « phase 4 » est en cours de discussion, même s'il pourrait prendre un certain temps avant d'être finalisé. Pour l'instant, on s'attend à une aide d'environ 1 000 milliards de dollars pour les États et les villes, plus les autres besoins, ce qui laisse présager un autre chiffre impressionnant.
  • Les rendements souverains restent dans une fourchette, le rendement du Trésor américain à 10 ans étant de 0,61 %, tandis que les rendements du Bund à 10 ans ont encore baissé à -0,57 %. Les spreads de crédit sont restés globalement stables, l'IG US s'étant élargi de 4 points de base pour atteindre 206 points de base, le HY US de 1 point de base pour atteindre 745 points de base, le HY européen s'est resserré de 1 point de base pour atteindre 658 points de base et l'IG européen est resté stable à 189 points de base.
  • Les manchettes négatives pèsent sur le sentiment, indiquant que les marchés ont peut-être anticipé trop d'optimisme pour affronter la réalité qui nous attend avec les niveaux et les valorisations actuels. Nous ne testerons peut-être pas les plus bas, mais nous continuons à croire que de nombreux risques subsistent, alors que les progrès réalisés contre le virus et les mesures de relance luttent contre les mauvaises publications économiques et de bénéfices et contre les tensions géopolitiques croissantes. Nous restons prudents pour l'instant, car la transition vers « l'après-corona » ne se fera probablement pas sans heurts et il est probable que nous assisterons à nouveau à plus de volatilité.

Ce qu'on regarde

  • Nous surveillons les annonces de réouverture progressive pour voir comment elles se déroulent dans les différentes régions, pays et industries, car la reprise ne peut pas être simplement « enclenchée ». Nous cherchons à voir si les cas restent contenus avec des mesures de confinement plus souples pour voir si le chemin sera linéaire. Nous cherchons également à savoir si les récentes nouvelles encourageantes sur les traitements se concrétisent.
  • Nous examinons comment les mesures de relance peuvent être déployées pour éviter des vagues de faillites et de défauts, et comment les défauts peuvent être clôturés si/quand ils se produisent. En effet, il est encore trop tôt pour dire si ces mesures seront suffisantes pour éviter les conséquences les plus négatives de l'épidémie, bien que la Fed en particulier fasse tout ce qui est en son pouvoir - et même au-delà - pour limiter ces risques..
  • Nous examinerons de près les estimations des bénéfices à mesure qu'elles seront révisées à la baisse. Il se peut que les marchés ne tiennent actuellement pas suffisamment compte de l'ajustement, d'autant plus que les valorisations ne seraient pas aussi attrayantes avec un « E » beaucoup plus bas.
  • Nous surveillons les marchés du crédit et du financement pour voir si les mesures massives prises par les banques centrales, tant aux États-Unis qu'en Europe, contribuent à atténuer les tensions récentes. Pour l'instant, nous pensons que les banques centrales parviendront à maintenir les risques systémiques à un faible niveau afin d'éviter une crise du crédit.

Esty Dwek

Directrice de la Stratégie de Marché de Dynamic Solutions

Natixis Investment Managers

Les analyses et les opinions mentionnées ci-dessus représentent le point de vue de l'auteur. Elles sont susceptibles d'évoluer. Elles ne sauraient être interprétées comme possédant une quelconque valeur contractuelle. Ce document promotionnel est destiné à des Clients professionnels au sens de la directive MIF. Il ne peut être utilisé dans un but autre que celui pour lequel il a été conçu et ne peut pas être reproduit, diffusé ou communiqué à des tiers en tout ou partie sans l'autorisation préalable et écrite de Natixis Investment Managers International.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer