1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Mandat d'arrêt au Japon contre un ex-"Béret vert" soupçonné d'avoir aidé Ghosn
Reuters30/01/2020 à 07:44

 (Actualisé avec communiqué du parquet)
    TOKYO, 30 janvier (Reuters) - Le parquet de Tokyo a annoncé
jeudi avoir émis des mandats d'arrêt contre trois hommes, dont
un ancien membre des forces spéciales américaines, soupçonnés
d'avoir aidé Carlos Ghosn dans sa fuite spectaculaire hors du
Japon.
    Ces mandats visent Michael Taylor, ancien "béret vert" des
forces spéciales américaines, ainsi que deux autres suspects,
George-Antoine Zayek et Peter Taylor.
    Carlos Ghosn, qui était assigné à résidence au Japon, s'est
enfui en toute fin d'année au Liban. Le parquet a délivré jeudi
un nouveau mandat d'arrêt contre lui portant spécifiquement sur
sa fuite.  
    L'ancien patron de Renault et Nissan, en dépit de ses
multiples interventions dans les médias, a gardé le silence sur
les circonstances exactes de sa fuite pour "ne pas exposer",
a-t-il dit, les personnes qui l'ont aidé.   
    Ces nouveaux mandats d'arrêt ont été lancés quelques jours
après une perquisition conduite par les procureurs dans les
locaux de l'ancien avocat de Ghosn à Tokyo.
    Arrêté en novembre 2018 au Japon pour des accusations de
malversations financières, l'ancien patron de Nissan  7201.T  et
de Renault  RENA.PA  a dénoncé lors d'une conférence de presse
organisée à Beyrouth les accusations portées contre lui et les
conditions dans lesquelles il avait été détenu puis assigné à
résidence à Tokyo.  
    Aucun accord d'extradition ne lie le Japon et le Liban.
    Une source judiciaire et l'entourage de Carlos Ghosn ont
indiqué la semaine dernière à Reuters que Beyrouth et Tokyo
disposaient de 40 jours pour décider si l'architecte de
l'alliance Renault-Nissan devait faire l'objet d'une procédure
formelle d'extradition vers le Japon ou être jugé au Liban.
 

 (Junko Fujita; version française Jean Terzian, édité par Simon
Carraud)
 

Valeurs associées

Tradegate -4.36%
Euronext Paris -3.07%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer