Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Les marques de prêt-à-porter US devraient pâtir de la guerre en Ukraine
information fournie par Reuters08/03/2022 à 15:48

* Nouveau choc pour un secteur à peine remis de la pandémie

* Nike, Levi's et PVH (Calvin Klein, Tommy Hilfiger)particulièrement exposés au marché européen

* Les chaînes d'approvisionnement affectées

*

par Praveen Paramasivam

8 mars (Reuters) - L'impact de la guerre en Ukraine sur les chaînes d'approvisionnement et la demande vont pénaliser certaines marques de prêt-à-porter américaines particulièrement exposées au marché européen, qui se remettaient à peine de l'impact de la pandémie de COVID-19 sur leur activité, estiment des analystes de Wall Street.

Levi Strauss LEVI.N , Ralph Lauren RL.N , Nike NKE.N , le groupe Capri Holdings CPRI.N , propriétaire de Michael Kors, ou encore PVH PVH.N , maison mère des marques Calvin Klein et Tommy Hilfiger, qui réalisent au moins un quart de leurs ventes en Europe, risquent d'être particulièrement affectés.

Au-delà des problèmes dans les chaînes d'approvisionnement et de distribution liés à la multiplication des contrôles d'éventuelles infractions aux sanctions dans les ports européens et britanniques, le contexte va peser sur la demande.

"L'Europe va indéniablement ressentir le contrecoup des dégâts économiques (...) ce qui pèsera sur le moral des ménages et donc le portefeuille des consommateurs", résume Zachary Warring, analyste chez CFRA Research.

Sans compter que de nombreuses marques ont également interrompu leurs activités en Russie, soit en signe de protestation contre la politique du Kremlin, soit en raison des difficultés sur le marché local.

Les analystes du courtier américain Wedbush ont déjà abaissé leurs prévisions de croissance annuelle du chiffre d'affaires de 100 à 400 points de base pour une série de groupes du secteur, dont Adidas ADSGn.DE , le détaillant de mode de luxe en ligne Farfetch FTCH.N ou le fabricant de chaussures Skechers

SKX.N .

Le courtier a également abaissé ses recommandations sur les titres PVH et Ralph Lauren de "surperformer" à "neutre" et a réduit son objectif de cours pour Nike.

Même si d'autres acteurs américains moins présents sur le marché européen devraient être un peu préservés, les répercussions du conflit devraient être ressenties par l'ensemble du secteur, selon les analystes.

"Nous craignons que cela ne concerne pas seulement les détaillants particulièrement exposés au marché européen mais la majorité des acteurs du secteur", a souligné Zachary Warring.

(Reportage Praveen Paramasivam à Bengalore, rédigé par Aishwarya Venugopal ; version française Myriam Rivet, édité par Sophie Louet)

Valeurs associées

XETRA +0.01%
NYSE +0.38%
NYSE +1.11%
NYSE -1.90%
NYSE -0.67%
PVH
NYSE +0.23%
NYSE +1.62%
NYSE +1.48%

Cette analyse a été élaborée par Reuters et diffusée par BOURSORAMA le 08/03/2022 à 15:48:10.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.