Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Les gestions ont davantage voté en assemblée générale en 2020
information fournie par Newsmanagers27/05/2021 à 10:15

(NEWSManagers.com) - Des gestions toujours plus actives en assemblée générale (AG). L' Association française de la gestion financière (AFG) vient de dévoiler le bilan annuel des votes lors des AG 2020 de 66 sociétés de gestion de portefeuille (SGP) gérant 451 milliards d' euros d' actifs, dont un tiers d' actions françaises. Ces gestions ont exercé leurs droits de vote pour 77% de leurs actions cotées (83% en France). Elles ont participé à près de 23.100 assemblées générales, soit 10% de plus qu' en 2019 (+14% hors d' Europe). Toutefois, certains obstacles au vote perdurent. Les gestions sont encore régulièrement affectées " par le choix de conservateurs/plateformes de raccourcir les dates limites pour l' acceptation de leurs votes à certaines assemblées générales en contradiction avec celles publiées par des émetteurs dans leur avis de convocation" , relève l' AFG. Seulement un quart des SGP dévoilent partiellement ou intégralement leur vote, essentiellement les plus importantes.

Dans le monde entier, les votes concernent essentiellement les administrateurs, sauf en France, ou la rémunération des dirigeants et les autorisations financières représentent la moitié des résolutions.

En moyenne, les gestions se sont opposées à 19% des résolutions (et 1% d' abstention). La pierre d' achoppement reste la rémunération des dirigeants, avec 35% d' opposition, mais en recul après 43% de vote contre en 2018 et 39% en 2019. Signe des améliorations enregistrées, la contestation n' est plus que de 29% en France contre 36% en 2019. Les gérants demandent plus de transparence, notamment sur les critères du variable et des actions gratuites. Les opérations financières – surtout dilutives et anti-OPA (offre publique d'achat) – sont toujours contestées, avec 28% d' opposition, et même 36% en France. Et 19% des résolutions sur les administrateurs (21% en France) sont rejetées par les SGP.

Le dialogue s' est renforcé sur le social

Ce meilleur suivi des AG passe par un renforcement des ressources, avec de plus en plus d' équipes dédiées au gouvernement d' entreprise et au vote en AG, et avec le recours aux études des proxys, principalement ISS, ECGS et Proxinvest.

Le rôle des gérants ne se limite pas à leur vote en AG, mais se poursuit dans le dialogue permanent avec les émetteurs. Les trois-quarts des SGP dialoguent sur les sujets environnementaux, sociaux et de gouvernance. La crise du Covid-19 a renforcé le dialogue sur les enjeux liés à la gestion de la crise sanitaire et sociale (emploi et conditions d' emploi, télétravail, santé, sécurité…), constate l' AFG. En outre, l' intégration de critères extra-financiers dans le processus de gestion favorise une généralisation du dialogue sur ces questions, notamment avec les émetteurs les moins bien notés ou sujets à des controverses.

Les trois-quarts des SGP informent les émetteurs des standards de bonne gouvernance qu' elles souhaitent voir intégrés. Dans le cadre de ce dialogue constructif, certains émetteurs ont pu revoir le niveau de variable de leur dirigeant, les critères de performance, ou encore mettre en place une stratégie climat.

Si les gestions soulignent l' amélioration de la gouvernance, elles restent très opposées aux droits de vote double et multiple, aux dispositifs anti-OPA, et attendent encore des améliorations en matière de transparence sur la rémunération variable des dirigeants, et d' indépendance et de mixité des conseils. Globalement, les sociétés japonaises sont les plus en retard en matière de gouvernance.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.