1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les gérants n'ont pas été aussi pessimistes sur les actions depuis 2009-BAML
Reuters18/06/2019 à 12:12

    LONDRES, 18 juin (Reuters) - Les investisseurs ne se sont
pas montrés aussi pessimistes sur les marchés d'actions mondiaux
depuis le début 2009 après la crise déclenchée par la chute de
Lehman Brothers, selon l'enquête mensuelle menée par Bank of
America Merrill Lynch (BAML).
    L'allocation sur les actions mondiales a chuté en mai de 32
points de pourcentage sur un mois pour atteindre une proportion
nette de 21% de gérants positionnés à "sous-pondérer", soit la
plus faible allocation observée depuis mars 2009. 
    Parallèlement, l'allocation vers les obligations a progressé
de 12 points de pourcentage sur fond de discours accommodant des
banques centrales, de repli des anticipations d'inflation et
d'aversion au risque. La proportion nette de gérants positionnés
à "sous-pondérer" est passée à 22%, un plus haut depuis
septembre 2011.
    L'investissement sur les emprunts d'Etat américains figure
comme le plus fréquent auprès des gérants pour la première fois
dans l'histoire du sondage de BAML. Il remplace celui sur les
valeurs technologiques américaines. 
    Outre les obligations, les investisseurs se sont aussi
tournés vers d'autres actifs jugés plus défensifs comme le cash,
le secteur des biens de consommation ou des services aux
collectivités en se détournant des banques, de la technologie et
des actions européennes.
    Selon le sondage, réalisé entre le 7 et le 13 juin auprès
d'un panel de 230 gérants, 87% des investisseurs interrogés
estiment que l'économie mondiale est en fin de cycle, soit le
taux le plus élevé jamais enregistré.
    Le thème de la guerre commerciale est identifié par 56% des
gérants comme étant le principal risque pour les marchés
financiers.  

 (Helen Reid, Blandine Hénault pour le service français, édité
par Véronique Tison)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer