Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Les femmes sont écartées des lancements de fonds
information fournie par Newsmanagers29/09/2022 à 10:15

(NEWSManagers.com) - Sur les 562 fonds lancés entre mai 2021 et mai 2022, seulement 10 % ont été confiés à une gérante, montre le nouvel Alpha Female Report de Citywire. Un signal négatif envoyé aux femmes.

« Je ne comprends pas pourquoi, sur l’ensemble des fonds lancés à l’échelle mondiale, seulement 10 % ont été confiés à des femmes, que ce soit dans le cadre d’une équipe ou en solo. S’il y a un vivier de talents qui existe, cela est injustifiable », s’agace Nisha Long, qui réalise cette étude annuelle depuis sept ans.

« Généralement, les lancements de fonds concernent des classes d'actifs en vogue et sont soutenus par le marketing d'une société », observe-t-elle. En priver les femmes va donc « à l'encontre des efforts déployés pour améliorer l'équilibre entre les femmes et les hommes », selon elle.

Le manque de femmes dans les nouveaux produits n’est que l’une des raisons avancées par Citywire pour expliquer l’absence totale de progrès en matière d’égalité des genres dans la gestion de fonds sur les douze mois écoulés.

Une « hausse effroyablement lente »

En 2022, le taux de femmes gérantes dans la base de données Citywire Fund Manager s’est établi à 12 %, contre 11,8 % l’an dernier. Une progression tellement faible qu’elle en est ridicule. Depuis 2016, la hausse n’a été que de 1,7 point de pourcentage. De plus, les encours gérés par des femmes ont décliné.

« La progression vers la parité hommes-femmes semble s'être arrêtée net », déplore Nisha Long. « Pire encore, on peut légitimement se demander s’il n’y a jamais eu un réel changement - une augmentation de 1,7 % en sept ans c’est effroyablement lent », s'exclame-t-elle.

L’autre raison avancée pour expliquer cette stagnation (et le déclin des actifs) est que les femmes gérantes ont tendance à se voir confier des portefeuilles dans des secteurs de niche, plutôt que dans des catégories « mainstream ». Or, ces plus petits secteurs sont plus souvent affectés par les gros mouvements de marché et ont souffert en performances ces derniers mois.

Reste le problème de la constitution d’un vivier de talents. Nisha Long estime qu’en sept ans les sociétés de gestion ont eu le temps de travailler sur ce sujet. « Des étapes énormes ont été franchies pour atteindre l’égalité des genres au moment du recrutement, et les choses se sont concrétisées dans une large mesure. Les chiffres montrent que le pipeline est bouché. Ces talents ne semblent pas aller au-delà de la position d’analyste », regrette-t-elle. Espérons qu'elle sera entendue.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.