1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les assureurs et les banques se sont engagés à sortir du charbon mais sont encore loin du compte
Novethic14/11/2019 à 07:15

Les assureurs et les banques se sont engagés à sortir du charbon mais sont encore loin du compte

À quelques jours du Climate Finance Day, trois ONG interpellent les banques, assurances et sociétés de gestion sur leurs stratégies d'exclusion des entreprises du charbon. Selon un rapport des Amis de la Terre, Banktrack et Unfriend Coal, ces trajectoires demeurent encore insuffisantes et doivent être renforcées s'ils veulent tenir leur engagement d'atteindre la neutralité carbone.

Les ONG vont-elles réitérer leur tour de force de l'année dernière ? Les Amis de la Terre, Banktrack et Unfriend Coal publient un rapport sur les engagements des acteurs financiers français en termes de sortie du charbon à deux semaines du Climate Finance Day, qui se tiendra le 29 novembre à Paris. En 2018, les rapports d'ONG avaient déclenché la décision prise par le secteur financier, le 2 juillet 2019, de sortir du charbon et d'en rendre compte dès 2020.

Le nouveau rapport, intitulé "Sortie du charbon : la finance française en ordre de marche ?" fait un point d'étape. "Nous pointons l'écart entre les politiques actuelles et le plan que ces acteurs doivent atteindre l'année prochaine", remarque Lucie Pinson, référente de la campagne finance privée des Amis de la Terre. Le compte n'y est pas, pour l'ONG. "Le vrai enjeu consiste à dire non aux entreprises qui développent de nouvelles centrales à charbon, et adopter des engagements de sortie. Ils doivent aussi demander aux entreprises de publier un plan de sortie des centrales à charbon", affirme Lucie Pinson.

Encore des efforts

Le Crédit Agricole est l'acteur qui s'en sort le mieux. La banque a exposé au mois de juin 2019 le plan de sortie du charbon le plus ambitieux du secteur, dans lequel elle s'engage à arrêter les financements et investissements dans le charbon. Elle demande également à ses clients de lui remettre leur stratégie d'abandon du charbon pour évaluer la manière dont la banque travaillera avec eux. Le rapport souligne un point à surveiller : le fait que le Crédit Agricole applique bien sa stratégie à sa gestion d'actifs passive et aux émissions d'actions et d'obligations.

Les autres s'en tirent moins bien. Selon le rapport, la stratégie de la Société Générale ne concerne que l'octroi de prêts par la banque et non les autres produits financiers. BNP Paribas, malgré son ambition d'arrêter de soutenir le charbon, continuerait quand même à financer des projets du fait de critères pas assez contraignants, selon les Amis de la Terre. L'assureur Axa, un temps leader des engagements de sortie du charbon, s'est quant à lui fait dépasser par des compagnies plus ambitieuses qui ne limitent pas leur désengagement à leurs seuls investissements, mais aux contrats d'assurance.

6 700 sites à fermer

Les acteurs financiers doivent donc accélérer la cadence. L'ONG chiffre à 6 700 le nombre de sites de production d'électricité à partir du charbon à fermer dans le monde d'ici 2040. L'exclusion des entreprises qui continuent d'étendre leurs capacités dans ce secteur n'est toutefois que l'un des outils à utiliser pour faire pression. L'engagement actionnarial doit également jouer pour les pousser à transformer leur modèle. L'ONG estime que les investisseurs doivent exiger des entreprises qu'elles fournissent un plan de fermeture de leurs actifs dans le charbon d'ici 2021.

Reste enfin que ces politiques de sorties du charbon ne peuvent pas non plus résumer l'action climatique des acteurs financiers. Les autres énergies fossiles, pétrole et gaz, doivent faire l'objet du même traitement. Pour l'instant, BNP Paribas et Scor font partie des rares acteurs à avoir publié des stratégies de sortie du financement des acteurs des gaz et pétroles de schiste ou issus de sables bitumineux.

Arnaud Dumas, @ADumas5

Retrouvez cet article sur Novethic.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer