Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

« Le réveil des marchés a donc commencé » (Carmignac)

Boursorama02/03/2016 à 14:00

Pour Carmignac, les investisseurs ont enfin commencé à prendre conscience des risques macroéconomiques au cours des deux derniers mois.

Carmignac est l’une des seules sociétés de gestion françaises à afficher sa défiance vis-à-vis des marchés actions depuis l’automne dernier. La baisse de début d’année lui a donné raison. Didier Saint-Georges, membre du comité d’investissement de Carmignac, renouvelle encore sa prudence.

Dans le petit monde de la gestion d’actifs française, Carmignac se démarque de ses semblables. Echaudée par l’été 2015 qui a peu réussi à son fonds phare Carmignac Patrimoine, la société de gestion sonne l’alerte depuis l’automne dernier sur les perspectives des marchés boursiers.

« Comme nous l’anticipions, les marchés ont commencé à ouvrir les yeux en ce début d’année 2016 sur les réalités déplaisantes auxquelles ils vont devoir faire face », déclare ainsi Didier Saint-Georges dans la dernière note mensuelle de Carmignac, diffusée mardi 1er mars.

Les acteurs financiers « continuent de se comporter à la manière de somnambules »

Le membre du comité d’investissement de Carmignac, qui passe ainsi pour le Michael Burry du film « The Big Short », poursuit : « Le réveil des marchés a donc commencé. Mais les défis qui se présentent à eux ne nous semblent pas encore reconnus dans leur complexité ».

« Au vu de l’inanité du communiqué final du G20 qui vient de se conclure à Shanghai, il nous semble que Banques centrales comme gouvernements, et à leur suite de nombreux investisseurs, continuent de se comporter à la manière de somnambules, qui avancent sans prendre la mesure de la profondeur du changement de régime en cours ».

Le membre du comité d’investissement de Carmignac détaille : « le consensus nous semble toujours bercé par la confiance que le consommateur américain, fidèle à sa résilience légendaire, saura demeurer exempté du ralentissement. Or l’érosion de l’effet richesse, par le ralentissement de la hausse des prix immobiliers et le retournement des marchés boursiers, va peser sur le consommateur américain ». Dans la même idée, « le consensus demeure à notre avis trop optimiste sur la croissance américaine en 2016. Même complaisance en Europe ».

Restant donc très pessimiste sur le plan macroéconomique, Didier Saint-Georges évoque des « déséquilibres accumulés depuis sept ans », avec notamment la création de « bulles obligataires » et des distorsions de marché dues à la relance tous azimuts de la part des banques centrales.

« En théorie, il n’y a guère de limite aux montants d’achats d’actifs financiers (« assouplissement quantitatif ») que peut effectuer une Banque centrale. Mario Draghi tente d’ailleurs de faire valoir cet argument pour encourager les marchés à ne pas douter de son arsenal. Mais en pratique, toute Banque centrale ne peut manquer de s’interroger sur la poursuite sans fin du gonflement de son bilan, et donc du creusement des déséquilibres qu’elle entraîne, alors que la chute continuelle des anticipations d’inflation témoigne de son inefficacité ».

Carmignac devient davantage opportuniste

Pour Didier Saint-Georges, l’heure de l’accalmie sur les marchés ne serait donc pas pour tout de suite. Il est néanmoins intéressant de remarquer que Carmignac a adopté le mois dernier une ligne stratégique un peu plus opportuniste sur les marchés.

« L’effondrement boursier du secteur bancaire a témoigné d’une prise de conscience tardive et, peut-être par voie de conséquence parfois excessive, de l’écrasement de la capacité bénéficiaire du secteur, sous le poids de taux d’intérêt désormais négatifs, et d’une réglementation toujours aussi pénalisante », affirme Didier-Saint Georges. Comprendre : Carmignac considère que la chute des valeurs du secteur bancaire a été excessive le mois dernier même si le secteur bancaire avait de bonnes raisons de baisser.

En somme, « Nous conservons stratégiquement le positionnement très prudent que nous avions adopté en septembre (…), tout en convertissant quand l’occasion se présente les réactions excessives des marchés en opportunités d’achat à bon compte. De telles opportunités se sont d’ailleurs déjà présentées en ce début d’année, où nous nous sommes portés acquéreurs d’une sélection d’actions et obligations privées du secteur de l’énergie, dont les prix reflétaient des perspectives à moyen terme sur le prix du pétrole excessivement pessimistes selon nous », évoque Didier Saint-Georges.

Ce dernier évoque en conclusion, au nom de Carmignac, le maintien d’« importants investissements de conviction dans les secteurs de croissance », ceux-ci étant néanmoins partiellement couverts « afin de pouvoir [les] conserver à l’abri des risques de marché immédiats ».

X. Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.