Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le pétrole passe sous les 40 dollars aux Etats-Unis suite à une réunion de l'Opep
Boursorama04/12/2015 à 18:00

Les prix du pétrole rechutent une énième fois alors que la surabondance de l'offre semble bien partie pour durer.

Les prix du pétrole rechutent une énième fois alors que la surabondance de l'offre semble bien partie pour durer.

Les prix du pétrole ont connu un énième mouvement de baisse vendredi 4 décembre, amenant momentanément le WTI sous le seuil psychologique des 40 dollars le baril. Cela fait suite à la décision de l'Opep d'augmenter officiellement sa production journalière de pétrole.

Les prix du pétrole poursuivent leur tendance baissière et se rapprochent une fois de plus de leurs plus bas annuels d'août dernier.

Aux alentours de 15h vendredi, le baril de pétrole WTI a perdu 2 dollars, passant de 41,7 dollars à 39,7 dollars en seulement quelques minutes, avant de se stabiliser autour des 40 dollars.

Cette baisse du pétrole a entraîné une baisse concomitante des marchés actions européens, qui ont perdu environ 1% de leur valeur au même moment. La cause de cette baisse est restée momentanément mal identifiée.

Cette chute du pétrole fait suite à une réunion de l'Organisation des pays producteurs de pétrole (Opep), qui se réunissait vendredi à Vienne pour un point trimestriel. L'organisation a choisi d'augmenter son rythme officiel de production de pétrole à hauteur d'environ 31,5 millions de barils par jour, contre 30 millions précédemment. Cela correspond plus exactement à entériner l'actuel niveau de production de l'Opep, qui dépassait déjà le seuil officiel de 30 millions de barils par jour selon Bloomberg.

Pour rappel, l'Opep fonctionne sur un modèle de cartel et représente environ un tiers de la production mondiale journalière de pétrole.

Les pays de l'Opep, au premier rang desquels se trouve l'Arabie Saoudite, souffrent largement de la faiblesse des prix du pétrole, mais préfèrent encore augmenter leur production pour éviter de perdre des parts de marché face aux Etats-Unis ou face à la Russie.

Les enjeux géopolitiques ont également un rôle prédominant dans cette décision. Les exploitations de pétrole en Arabie Saoudite restent théoriquement rentables avec un baril aux alentours de 40 dollars. Tel n'est pas le cas de certaines exploitations aux Etats-Unis ou en Russie. En choisissant d'augmenter sa production, l'Opep sait qu'elle pénalise indirectement ces deux pays.

Pour autant, les Etats-Unis ont montré qu'ils savaient s'adapter à cette situation, et n'hésitent pas non plus à entrer dans le jeu de la surenchère. L'offre américaine est dopée par l'exploitation de pétrole de schiste, qui semble parvenir à bien résister à la baisse des prix du pétrole du fait de l'abaissement des coûts de production permis par le perfectionnement progressif des technologies à disposition.

La surproduction américaine est patente alors que les stocks de brut ont encore augmenté de 1,177 millions de barils au cours de la semaine passée selon l'habituelle statistique hebdomadaire publiée mercredi 2 décembre. Les stocks de pétrole brut ont ainsi enregistré une dixième semaine de progression consécutive.

Xavier Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • f.fluidi
    04 décembre18:33

    On utilisera alors le gaz de schiste et un bon pied nez à la COP21

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer