1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le krach boursier chinois éclipsé par la crise grecque
Boursorama01/07/2015 à 10:09

La Bourse chinoise baisse fortement depuis deux semaines.

Alors que l'Europe a les yeux tournés vers la Grèce, l'Asie se préoccupe quant à elle des évolutions erratiques de la Bourse chinoise. Après plus d'un an de records à la hausse, le marché chinois a perdu plus de 20% en quelques séances.

Assiste-t-on à l'éclatement d'une bulle boursière en Chine ? Il y a deux semaines, la capitalisation des actions chinoises dépassait les 10.000 milliards de dollars, et les interrogations revenaient ainsi de plus belle sur la formation d'une bulle (relire l'article : « Nouvelle bulle sur la Bourse chinoise ? »).

20% de baisse en deux semaines et forte volatilité

Il n'aura pas fallu attendre longtemps pour que les craintes liées à une éventuelle survalorisation des actifs se concrétisent. Depuis son sommet à 5166 points le 12 juin dernier, l'indice composite de la Bourse de Shanghai a perdu plus de 20% de sa valeur en l'espace de deux semaines (du 15 juin au 1er juillet), passant même sous les 4000 points au cours de la journée du 30 juin. Extrêmement volatil, l'indice de Shanghai clôturait mardi à 4277 points (+5,53%), avant une rechute à 4053 points mercredi (-5,23%).

La volatilité rend le marché chinois particulièrement erratique. Les séances de mini-krach intraday sont suivies par des séances de rebonds parfois tout aussi forts. « Les Bourses de Shanghaï et Shenzhen ont vécu vendredi une folle journée, la pire depuis 2008 », notait ainsi Le Figaro en fin de semaine dernière, alors que le Shanghai Composite terminait la séance en baisse de 7,4%.

Pour essayer d'enrailler la panique, la banque centrale chinoise a décidé de baisser ses taux court-terme à un an samedi dernier, de 25 points de base (0,25%) sur les prêts (désormais à 4,85%) et les dépôts (désormais à 2%). Il s'agissait de la quatrième baisse en huit mois.

Spéculation des particuliers

La situation est loin d'être anodine. En Chine, l'engouement des particuliers pour les investissements en Bourse a été très fort au cours des douze derniers mois, alors même que la croissance du pays se tasse depuis plusieurs mois. « Les indicateurs restent moroses et la conjoncture continue de s'assombrir, sur fond de demande intérieure terne, de net repli des échanges extérieurs et de contraction continue du secteur manufacturier », rappelait ainsi Le Monde en début de semaine.

Malgré le décrochage déjà fort du marché boursier chinois, les valorisations des actions restent encore à un niveau élevé. Il y a exactement un an, l'indice de la Bourse de Shanghai était situé à 2000 points. La progression sur un an reste ainsi d'environ +100%.

Comme l'expliquaient Les Echos il y a 15 jours : « ce sont les particuliers qui ont porté la Bourse chinoise à bout de bras depuis mi-2014. Encouragés par la politique très accommodante de la banque centrale chinoise sur les taux, ils n'hésitent pas à s'endetter pour « jouer » en Bourse. Aujourd'hui, une transaction sur cinq serait faite en ayant recours à de la dette. Rien qu'en mai dernier, environ 15 millions de comptes titres ont été ouverts par les Chinois ».

Comme nous le notions il y a 15 jours, ce type de comportement des investisseurs est symptomatique d'une période de bulle spéculative.

Pour autant, l'indice de la Bourse de Shanghai reste relativement loin de son ancien sommet de 2007, où il était monté jusqu'à 6000 points. Ce niveau avait néanmoins déjà été atteint à cause d'une intense spéculation, cette fois-ci de la part des investisseurs étrangers voyant dans la Chine un eldorado de forte croissance à long terme.

X. Bargue

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

9 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M8303372
    09 juillet16:11

    C'est bien fait pour eux qui copient tout ce que l'on fabriquait avant et maintenant on a plus rien il ne leur manque plus que notre savoir faire chez airbus et c'est bon ils nous auront tout piqué mais on a été trop naifs aussi

    Signaler un abus

  • M4358281
    01 juillet14:54

    c'est bien nous !

    Signaler un abus

  • loco93
    01 juillet10:38

    @remymar: Et la dernière grosse crise elle vient d'où? pas mieux!

    Signaler un abus

  • d.e.s.t.
    01 juillet10:05

    C'est la preuve qu'on se pourrit la vie inutilement avec 11 millions d'habitants alors que 1,5 milliard nous menacent économiquement!

    Signaler un abus

  • remymar3
    01 juillet10:01

    les chinois confondent bourse et casino.....ca ne pouvait finir que comme cela... on appelle cela l'apprentissage

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer