Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Le conseil d'administration FMI examine le rapport sur sa directrice générale
information fournie par Reuters17/09/2021 à 19:10

(Actualisé avec porte-parole du FMI)

WASHINGTON, 17 septembre (Reuters) - Le conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) examine le rapport selon lequel sa directrice générale Kristalina Georgieva a exercé des pressions en faveur de la Chine lorsqu'elle exerçait des fonctions dirigeantes à la Banque mondiale, a déclaré vendredi un porte-parole du FMI.

Kristalina Georgieva, à la tête du FMI depuis octobre 2019, a dit être en désaccord "fondamental" avec les conclusions et les interprétations du rapport et en avoir informé le conseil d'administration du FMI jeudi en début de journée.

Selon cette enquête indépendante publiée jeudi, les dirigeants de la Banque mondiale, dont sa directrice générale de l'époque, ont exercé des "pressions excessives" sur le personnel pour améliorer le classement de la Chine dans le rapport "Doing Business 2018" de l'institution.

Ainsi, Pékin aurait conservé la 78e place, déjà peu appréciée en 2017, dans l'édition 2018 de ce rapport annuel qui évalue le climat des affaires et des investissements par pays. Or la Chine aurait dû être rétrogradée à la 85e place.

"Le conseil du FMI examine actuellement cette question", a déclaré le porte-parole du Fonds Gerry Rice à Reuters. "Dans le cadre de la procédure régulière sur de telles questions, le comité d'éthique rendra son rapport au conseil."

Le rapport d'enquête, établi par le cabinet d'avocats WilmerHale à la demande du comité d'éthique de la banque, suscite des interrogations sur l'influence de la Chine à l'égard de la Banque mondiale et de ses anciens dirigeants.

Le département du Trésor américain a évoqué des "conclusions préoccupantes".

En France, une source au ministère de l'Economie et des Finances a indiqué que Paris souhaitait que le comité d'éthique et le conseil d'administration du FMI examinent le document avant d'"évaluer pleinement la situation".

"C’est un sujet sérieux. Le rapport indépendant ne vaut pas jugement et le comité d’éthique du FMI et plus généralement son conseil d’administration doivent donc étudier ce rapport, entendre la directrice générale et présenter ses conclusions. C’est sur cette base que la France pourra alors évaluer pleinement la situation", a déclaré cette source.

(Reportage Andrea Shalal et David Lawder à Washington, avec Leigh Thomas à Paris; version française Claude Chendjou et Jean-Stéphane Brosse, édité par Sophie Louet et Bertrand Boucey)

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.