Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

La valeur du jour en Europe - Le secteur automobile européen en berne après l'annonce de sanctions contre la Chine
information fournie par AOF 13/06/2024 à 11:26

(AOF) - Les grands acteurs européens du secteur automobile accusent de fortes baisses ce jeudi. Stellantis, Volkswagen, BMW et Mercedes occupent les dernières places de l’Eurostoxx50, Stellantis et Renault sont lanternes rouges du CAC 40 tandis que Forvia et Opmobility ferment la marche du SBF120. Outre-Rhin, Porsche et Volkswagen figurent également parmi les plus fortes baisses du Dax, suivis de près par l’équipementier Continental. Le secteur accuse le coup après l'annonce hier de droits de douane européens contre les véhicules électriques importés de Chine.

Pour UBS, les conséquences positives des droits de douane européens seront "très limités voire inexistants" pour les grands acteurs européens. Il ajoute que la question est de savoir si la Chine ripostera en imposant des droits de douane plus élevés. Un tel scénario affecterait surtout Porsche, suivi de Mercedes, BMW et Volkswagen, précise-t-il.

Si les petits acteurs chinois "pourraient être découragés", ce ne serait pas le cas des leaders industriels, qui vont probablement accélérer la localisation de l'assemblage de leurs véhicules dans l'UE. Le broker a démontré qu'un acteur chinois de premier plan bénéficierait toujours d'un avantage de coût de 25 % par rapport aux anciens constructeurs européens, même après avoir localisé l'assemblage de la voiture en Europe de l'Est.

De plus pour les constructeurs chinois, les marchés mondiaux ont tendance à générer des marges plus élevées que le marché intérieur, ce qui leur permettra d'avoir recours à des baisses de prix pour "compenser partiellement l'impact des droits douane".

"Les droits de douane ne peuvent offrir qu'un répit temporaire et font peser le risque de représailles ", s'inquiétait déjà hier Benjamin Krieger, secrétaire général de la Clepa, qui représente les équipementiers au niveau européen. Il soulignait que les véhicules électriques de fabrication chinoise "intègrent souvent de nombreux composants et technologies fabriqués par des équipementiers européens ".

Valeurs associées

10,27 EUR Euronext Paris -7,77%
0,00 EUR Euronext Paris 0,00%
8,94 EUR Euronext Paris -3,51%
BMW
89,48 EUR XETRA -2,01%
63,53 EUR XETRA -1,35%
71,60 EUR XETRA -2,51%
110,90 EUR XETRA -2,72%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 13/06/2024 à 11:26:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.