1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La réforme fiscale US inégalitaire pour les groupes européens
Reuters21/12/2017 à 14:00

LA RÉFORME FISCALE US INÉGALITAIRE POUR LES GROUPES EUROPÉENS

par Alasdair Pal

LONDRES (Reuters - La réforme de la fiscalité américaine que s'apprête à promulguer Donald Trump après le vote définitif du Congrès mercredi profitera bien sûr aux entreprises européennes qui réalisent une part importante de leurs profits aux Etats-Unis mais pour certaines, elle constitue aussi une menace potentielle.

Le texte, et notamment l'abaissement du taux de l'impôt sur les sociétés de 35% à 21%, bénéficiera en premier lieu aux entreprises américaines mais les analystes de JPMorgan ont déjà dressé une liste de 41 valeurs européennes susceptibles elles aussi d'en profiter.

Plus de 15% des sociétés composant l'indice européen Stoxx 600 réalisent plus d'un tiers de leur chiffre d'affaires (CA) sur le marché nord-américain, selon les données Thomson Reuters.

Pour 31 d'entre elles, comme Pearson, Luxottica ou Publicis, la proportion des revenus réalisée aux Etats-Unis dépasse 50%.

Selon les analystes de Liberum, le britannique Ashtead, un spécialiste de la location d'équipements industriels dont la branche américaine, Sunbelt, a réalisé 86% du chiffre d'affaires total en 2016, devrait ainsi bénéficier d'un "impact important" de la réforme fiscale.

Le groupe a déclaré aux analystes s'attendre à voir son taux d'imposition passer de 34%-35% à 23%-25%, ce qui devrait se traduire par une augmentation de 15% de son résultat courant en 2020.

Le groupe hôtelier InterContinental Hotels (58% du CA aux Etats-Unis) a quant à lui déclaré jeudi que son taux d'imposition diminuerait de cinq à dix points et qu'il pourrait bénéficier d'un crédit impôt "exceptionnel" lié à la réforme.

Kepler Cheuvreux estime de son côté que pour le groupe italien de matériaux de construction Buzzi Unicem, la réforme pourrait contribuer à hauteur de 10 points à la croissance du bénéfice par action (BPA).

Les cours de nombreuses valeurs européennes exposées au marché américain ont déjà nettement progressé grâce aux espoirs placés par les investisseurs dans le projet de réforme fiscale. Mais Mike Bell, responsable de la stratégie de marché de JPMorgan Asset Management, note que les analystes n'ont pas encore pleinement intégré ce facteur dans leurs estimations de résultats pour 2018.

"Il ne serait pas très surprenant que malgré la hausse des PE (ratios cours/bénéfice) déjà constatée, la révision à la hausse des bénéfices puisse se traduire par une hausse supplémentaire (des cours)", dit-il.

Toutes les sociétés cotées facturant une part importante de leur CA en dollars ne sont toutefois pas appelées à bénéficier dans les mêmes proportions de la réforme.

Morgan Stanley explique ainsi que le spécialiste de la restauration collective Sodexo, qui réalise aux Etats-Unis 61% de son bénéfice d'exploitation, pourrait voir celui-ci augmenter de 6% grâce au texte. En revanche, le rival britannique Compass devrait "peu" en bénéficier, son taux d'imposition américain étant déjà inférieur à celui du groupe français.

Daniel Ekstein, analyste d'UBS, cite quant à lui l'exemple du distributeur Ahold Delhaize, qui réalise 62% de ses ventes aux Etats-Unis, mais affiche déjà un taux d'imposition relativement bas d'environ 24% et pourrait donc tirer moins de profits de la réforme que ses principaux concurrents.

Ces derniers, ajoute-t-il, pourraient en outre profiter de la réduction de leurs impôts pour baisser les prix de vente.

"Si le secteur américain de la distribution devait bénéficier, par exemple, d'une réduction moyenne de 5% du taux d'imposition, nous pensons qu'à moyen terme, on pourrait voir les prix en rayon diminuer de 5% et non les marges augmenter de 5%", résume-t-il dans une note.

(Marc Angrand pour le service français, édité par Blandine Hénault)

Valeurs associées

MIL +1.58%
MIL -1.50%
Euronext Amsterdam +1.31%
Euronext Amsterdam +0.15%
Euronext Paris +1.33%
LSE -0.22%
LSE -0.40%
LSE +0.98%
LSE +0.03%
LSE +1.68%

Cette analyse a été élaborée par Reuters et diffusée par BOURSORAMA le 21/12/2017 à 14:00:30.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer