Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La pandémie de Covid ne décourage pas l' industrie de la gestion alternative
Newsmanagers16/09/2020 à 17:15

(NEWSManagers.com) - Les actifs alternatifs européens ont dépassé 2.000 milliards d' euros fin 2019. Le record ne sera pas battu cette année mais la demande reste forte.

La gestion alternative n' a pas peur de la crise. En 2019, selon la dernière étude élaborée par Preqin, en partenariat avec Amundi, les encours alternatifs ont progressé de 208 milliards d' euros, pour atteindre 2.001 milliards au total. Le Royaume-Uni pèse pour plus de la moitié de ces actifs, avec 1.180 milliards d' euros, devant la France et les 242 milliards d' euros d' encours.

Le capital investissement et les hedge funds représentent l' essentiel de ces actifs, avec des encours de respectivement 795 et 609 milliards d' euros. " L'Europe représente désormais 21% de l'industrie mondiale. Elle concentre 6.900 gestionnaires de fonds et est soutenue par près de 3.000 investisseurs institutionnels" , précisent Amundi et Preqin dans un communiqué.

Fortes attentes sur les fonds européens d'investissement de long terme (Eltif)

Ces chiffres reflètent le passé, mais Amundi et Preqin restent optimistes pour 2020, estimant que " si l'activité n'a pas atteint les niveaux observés ces dernières années, les fonds alternatifs continuent néanmoins de lever des capitaux importants et les gestionnaires de les investir, toujours soutenus par un fort appétit des investisseurs pour ces classes d' actifs" . La situation apparaît, toujours selon les deux sociétés, bien différente de celle observée lors de la crise financière de 2007. Dominique Carrel Billiard, directeur délégué d' Amundi, se souvient du " coup d' arrêt" des levées de fonds alternatifs entre 2007 et 2009, mais cette fois-ci, " nous n' anticipons pas de ralentissement dans la collecte, même si nous pouvons observer un petit hoquet" cette année. D' autant qu' il s' attend à un développement important des fonds européens d'investissement de long terme (Eltif), créés en 2015 : " les fonds Eltif seront à la gestion alternative ce que les fonds Ucits sont à la gestion traditionnelle" .

Cet optimisme pour 2020 est particulièrement vrai pour la France qui constitue le plus grand marché alternatif d' Europe continentale. " Au premier semestre 2020, la création de Vauban Infra Fibre (pour un montant de 4,3 milliards d'euros) a porté à 6,5 milliards d'euros le total des investissements en infrastructures dans le pays, soit plus que pour l'ensemble de l'année 2019. Et la France a une fois de plus été le marché le plus actif d'Europe sur la dette privée avec 1,3 milliard d'euros de transactions sur les six premiers mois de l' année, contre 0,7 milliard d'euros en 2019" , notent Amundi et Preqin.

Reste à savoir si les gestionnaires arriveront, sans sacrifier à la qualité de leurs actifs, à investir les sommes dont ils disposent. Preqin souligne que les liquidités prêtes à être investies (dry powder, poudre sèche) se montent à 268 milliards d' euros pour le capital investissement, à près de 59 milliards d' euros pour la dette privée, à plus de 58 milliards pour l' immobilier et à 84 milliards pour les infrastructures.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer