Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

La gestion alternative en pleine " guerre des talents" selon EY
information fournie par Newsmanagers29/11/2021 à 10:15

(NEWSManagers.com) - La gestion de talents demeure la priorité numéro un dans l' univers de la gestion alternative d' après le 2021 Global Alternative Fund Survey. Dans cette étude publiée lundi 22 novembre, le consultant EY et Greenwich Associates ont interrogé 107 hedge funds (1.200 milliards de dollars d' encours cumulés), 103 sociétés de private equity (2.700 milliards de dollars d' encours cumulés) et 54 investisseurs institutionnels (1.000 milliards de dollars d' encours sous gestion cumulés).

Ainsi, quelque 37% des gestionnaires alternatifs interrogés font de la gestion de talents leur principale priorité sur le long-terme (contre 11% en 2020) et 27% la classent dans le top 3 de leurs priorités (contre 44% en 2020). Les investisseurs institutionnels sondés sont seulement 20% à placer la gestion des talents comme priorité des sociétés de gestion alternatives pouvant leur bénéficier de manière positive mais sont en revanche 39% à la classer dans leur top 3 (le plus haut score). Comme en 2020, les investisseurs préféreraient que les gestionnaires alternatifs se focalisent davantage sur la gestion/rationalisation des coûts ainsi que sur leurs offres et initiatives ESG.

" " La guerre des talents " ou la demande pour des travailleurs hautement qualifiés pourrait être le slogan de la gestion de talents dans l' industrie de la gestion alternative cette année. La pandémie a vu l' exode de millions d' employés du marché du travail, reflétant une réévaluation par les travailleurs de leurs priorités et un questionnement de leur temps passé au bureau ou à domicile. Les gestionnaires reconnaissent que les employés ont la main et en réponse, agissent pour créer un environnement plus attractif, flexible et sûr " , explique EY dans son rapport. Le consultant estime que la gestion alternative est mieux positionnée que la plupart des secteurs, " car elle a prospéré pendant la pandémie en s'appuyant sur un modèle de fonctionnement décentralisé et le travail hybride devenant une option permanente pour l'avenir. "

Diversité et inclusion

Pour attirer les talents, les sociétés de private equity et les hedge funds ont, entre autres, renforcé leur politique de diversité et d' inclusion. Elle ne sont plus que 22% à ne pas avoir mis en place une politique de ce type en 2021 contre 37% en 2020. Les sociétés de private equity et les hedge funds se différencient néanmoins sur la principale composante de leur politique de diversité et d' inclusion. Les premières ont majoritairement entraîné leurs effectifs sur les biais et l' inclusion et ont créé un comité ou un groupe de travail sur le sujet. Les seconds se sont par exemple davantage focalisés sur la création de descriptions de jobs neutres.

La diversité reste un challenge sur les fonctions de front office. Moins d' un hedge fund sur dix et deux gérants de private equity sur dix disposent d' un front office composé de 30% ou plus de femmes et " significativement moins " en termes de minorités sous-représentées. Côté investisseurs, 65% des institutionnels sondés indiquent que leur surveillance des politiques de diversité, d' équité et d' inclusion chez les gestionnaires s'est accrue ces deux-trois dernières années. Cela n' impacte néanmoins la décision d' investir chez un gérant que pour 11% d' entre eux, 55% répondant que cela n' a aucun impact et les 34% restants que cela pourrait en avoir un.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.