Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La BCE pourrait accélérer son plan de relance en 2016

Boursorama06/01/2016 à 11:11

La BCE pourrait vouloir accélérer son plan de relance cette année.

En décembre dernier, la BCE avait déçu en modifiant marginalement les modalités de son plan de relance (« quantitative easing »), sans augmenter le montant mensuel de ses rachats d’actifs. Alors que l’inflation reste toujours très faible, la BCE pourrait vouloir faire un geste supplémentaire.

L’inflation en zone euro n’a été que de 0,2% en 2015 d’après les données d’Eurostat publiées mardi 5 janvier. Les prix du pétrole, qui ont poursuivi leur chute cette année, sont l’une des principales causes de la faiblesse de ce chiffre. Hors prix de l’énergie, l’inflation « core » (ou « sous-jacente ») en zone euro a en effet été de 0,9% cette année, un chiffre légèrement plus élevé.

Le phénomène est particulièrement criant en Allemagne, où l’inflation a été négative en décembre par rapport à novembre (-0,1%) alors que les attentes étaient positives (+0,2%).

Quel que soit le chiffre retenu, l’inflation en zone euro reste encore bien loin de l’objectif poursuivi par la Banque Centrale Européenne (BCE). Celle-ci cherche en effet à faire remonter l’inflation en zone euro à un taux « inférieur mais proche de 2% », selon une formule définie dès sa création en 1998.

Relire : « Pourquoi nos économies ont-elles besoin - de plus - d'inflation ? » (Cercle des économistes)

C’est notamment pour cela que la BCE a décidé de mettre en place un plan de relance économique début 2015, censé provoquer une hausse de l’inflation grâce à une forme de création monétaire. Pour ce faire, la BCE achète des quantités industrielles d’actifs (notamment des obligations d’Etats) sur les marchés financiers, à hauteur de 60 milliards d’euros par mois : il s’agit du « quantitative easing », qui se poursuivra jusqu’en 2017.

Pourtant, neuf mois après le lancement de ce plan de relance, l’inflation tant attendue ne pointe toujours pas le bout de son nez. C’est pour cette raison que Mario Draghi, président de la BCE, a annoncé en décembre dernier une prolongation du plan de rachats d’actifs européen, ainsi que l’élargissement du spectre de ses rachats d’actifs. Ceux-ci comprennent désormais des dettes de « collectivités régionales » en plus des obligations souveraines et d’autres actifs à rendement fixe.

Cette annonce n’avait pas suscité l’enthousiasme des opérateurs, qui s’attendaient à davantage d’ambition de la part de Mario Draghi, avec l’annonce d’une augmentation des montants mensuels de rachats d’actifs.

Si cette annonce n’est pas venue en décembre, il n’est pas impossible qu’elle survienne en 2016. La BCE pourrait en effet sortir les quelques atouts tant attendus pour augmenter ses chances d’atteindre l’objectif qu’elle s’est fixé. Une telle annonce serait très probablement favorable, du moins à court terme, à l’évolution des marchés européens.

Reste à savoir si cette méthode serait vraiment capable de provoquer un retour de l’inflation. Jusqu’ici, les résultats obtenus avec le « quantitative easing » ont été très faibles.

À noter qu’en termes de croissance, la zone euro n’a plus tellement besoin de relance supplémentaire. La croissance économique de la région en 2015, dont les chiffres définitifs seront publiés dans les mois à venir, est estimée à 1,6% par la Commission européenne. Si le chiffre n’est pas exceptionnel, il reste tout de même plutôt bon. Pour rappel, en 2012, le même chiffre était négatif (récession économique).

La BCE a cependant les yeux davantage tournés vers les chiffres de l’inflation que vers ceux de la croissance du PIB. La « reprise » qui s’observe progressivement en Europe restera donc insatisfaisante aux yeux de la banque centrale tant que l’inflation n’atteindra pas l’objectif prévu. La probabilité d’une accélération du « quantitative easing » cette année est donc élevée. Reste à savoir quand.

X. Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Mes listes

valeur

dernier

var.

3.95 +5.61%
0.904 +1.57%
3.715 -2.49%
1.164 -0.25%
5.264 +4.24%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.