1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'impression 3D à la rescousse face aux pénuries de masques et respirateurs
Reuters24/03/2020 à 18:39

PARIS, 24 mars (Reuters) - Renault RENA.PA et PSA

PEUP.PA n'excluent pas d'avoir recours à l'impression 3D pour aider à pallier au plus vite le manque de masques et de respirateurs qui font cruellement défaut face à l'épidémie de coronavirus en Europe.

En Espagne, Renault a ainsi mis vendredi une vingtaine d'imprimantes 3D et des bobines de PLA - les filaments de plastique qui servent à "l'impression" d'objets en volumes - à la disposition de salariés ayant entrepris de fabriquer chez eux des masques, sur le modèle de leurs voisins italiens.

L'impression 3D permet de mouler par couches successives une visière, à laquelle une feuille d'acétate est ensuite attachée pour compléter le masque, explique Renault Espagne dans un communiqué.

"À l'heure actuelle, ils ont déjà fabriqué une cinquantaine de masques et (...) effectué la première livraison à la Garde civile de Valladolid, qui prévoyait de (les) distribuer dans les maisons de soins infirmiers de la province", ajoute le constructeur.

En France, l'expérience pourrait également être tentée, même si le groupe au losange donne actuellement la priorité au don des masques qu'il a en stock (120.000 à ce jour pour l'Europe) et au prêt de véhicules électriques aux hôpitaux de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP).

"L'impression 3D permet de faire n'importe quelle forme sans avoir à lancer d'outillage, c'est donc plus rapide", explique un ingénieur de l'automobile. "Mais le temps de fabrication est beaucoup plus long, donc pour avoir des capacités, il faut tout un tas d'imprimantes."

Dans les usines, cette technologie est généralement utilisée pour les petites séries de pièces ou pour la mise au point de prototypes.

Grâce à leurs imprimantes, les salariés de Renault Espagne ont ainsi proposé également plusieurs améliorations à un prototype de valve de respirateur artificiel actuellement en attente de validation par le ministère espagnol de la Santé avant le démarrage éventuel d'une production en série.

PSA PEUP.PA examine aussi cette piste dans le cadre de son travail avec Air liquide AIRP.PA .

Le constructeur automobile, qui a fait don de 335.000 masques à des hôpitaux, des préfectures et des casernes, réfléchit aux moyens d'aider le spécialiste des gaz industriels à accélérer sa montée en cadence pour répondre au boom de la demande en ventilateurs.

En lien avec le ministère de la Santé, Air Liquide a mis en place une ligne d'assemblage supplémentaire et compte multiplier sa production par trois en avril et par quatre en mai.

(Gilles Guillaume, avec Maya Nikolaeva édité par Henri-Pierre André)

Valeurs associées

Euronext Paris +1.12%
Euronext Paris +9.83%
Euronext Paris +8.66%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer