Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

L'ESG devrait bondir d'ici 2025 dans les marchés privés en Europe
information fournie par Newsmanagers18/10/2021 à 10:30

(NEWSManagers.com) - Le cabinet d' audit et de conseil PwC a dévoilé, lundi 11 octobre, une nouvelle étude dans laquelle il estime que les encours gérés selon les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans les classes d' actifs privées en Europe devraient atteindre au moins 775,7 milliards d' euros et dans le meilleur des cas 1.210 milliards d' euros à fin 2025. Ils devraient représenter entre 27,2% et 42,4% des encours totaux (contre 14,8% en 2020) dans les marchés privés en Europe.

Selon le scénario de base de PwC (hausse de 775,7Md€ d' ici 2025), quelque 481,3 milliards d' euros seraient levés via de nouveaux fonds – représentant 62% de l' augmentation d' encours – tandis que 252,9 milliards d' euros d' encours seraient ajoutés aux fonds existants et 41,5 milliards d' euros proviendraient de fonds reclassifiés. Dans le meilleur des cas, 75,7% (ou 915,9 milliards d' euros) de ces 1.210 milliards d' euros proviendront de la levée de nouveaux fonds tandis que 20,9% (252,9 milliards d' euros) et 3,4% (41,5 milliards d' euros) des encours seront gérés respectivement dans des fonds existants et reclassifiés. A elle seule, l' Europe devrait constituer entre 31% et 35,9% des encours ESG sur les marchés privés dans le monde d' ici fin 2025 contre 22,6% en 2020, estime PwC.

Dans le détail, le consultant évoque des encours ESG de 292 à 437,4 milliards d' euros pour le private equity d' ici fin 2025 contre 98,3 milliards d' euros en 2020. Ils formeront au moins 20,7% des encours totaux sur le private equity en Europe. Cette hausse d' à minima 193,7 milliards d' euros sera tirée à plus de 90% par la levée de nouveaux fonds, prédit PwC.

Pour l' immobilier, les encours ESG devraient atteindre entre 153,2 et 214 milliards d' euros d' ici fin 2025 contre 65,8 milliards d' euros en 2020. Ils constitueront au moins 33,7% des encours totaux sur la classe d' actifs en Europe. Cette augmentation d' au moins 87,4 milliards d' euros devrait provenir à 92,7% de la levée de nouveaux fonds.

Le segment de l' infrastructure devrait, lui, enregistrer au minimum une progression de 185,9 milliards d' euros d' encours ESG en Europe, passant de 65,7 milliards d' euros fin 2020 à 251,6 milliards d' euros d' ici fin 2025. PwC estime la fourchette haute d' encours à 438,8 milliards d' euros pour l' infrastructure. La gestion ESG devrait former à minima 40,6% des encours totaux sur l' infrastructure en Europe fin 2025. La levée de nouveaux fonds devrait compter pour 94% de cette hausse d' encours attendue par PwC.

Enfin, les encours ESG sur la dette privée en Europe devraient atteindre une fourchette comprise entre 78,8 et 120,2 milliards d' euros fin 2025 et représenter au moins 21,3% des encours européens sur la dette privée à la même date (contre 11,6% en 2020). Environ 87,1% de cette hausse devrait être liée à la levée de nouveaux fonds.

Les general partners ne veulent pas lâcher les fonds non-ESG

Pour son étude, PwC a sondé plus de 200 general partners (les sociétés gérant des fonds sur les marchés privés). Parmi les GP du private equity interrogés, 75% s' attendent à augmenter leurs encours ESG au cours des deux prochaines années et une majorité d' entre eux entre 0 et 20%. En revanche, 67% des GPs du private equity ne sont pas prêts à cesser de lancer des fonds non-ESG dans les mois et années à venir. Les 33% restants envisagent majoritairement de ne plus commercialiser de fonds non-ESG d' ici 2025.

La dynamique est à peu près similaire pour les GP sur l' immobilier et la dette privée. Quelque 78% des GP sondés envisagent d' augmenter leurs encours ESG dans les deux prochaines années, de 10 à 30% pour la majorité d' entre eux. Les GP de l' immobilier ne sont néanmoins pas favorables à l' idée de ne plus lancer des fonds non-ESG (56%) tandis que ceux qui le sont prévoient en grande majorité de ne plus en lancer d' ici 2024 ou 2025.

Concernant les GP focalisés sur la dette privée, 78% d' entre eux souhaitent augmenter leurs encours ESG au cours des prochaines deux années, dans une fourchette de 10-20% pour la moitié d' entre eux. Quelque 53% des GP interrogés sur la dette privée n' envisagent pas de cesser le lancement de fonds non-ESG dans le futur proche. Les autres comptent le faire d' ici 2023 ou 2024.

Quant aux GP spécialisés sur l' infrastructure, ils sont 81% à vouloir croître leurs encours ESG dans les deux prochaines années, majoritairement de 10 à 30%. L' infrastructure est la seule classe d' actifs du sondage de PwC pour laquelle les GP sont majoritairement prêts à cesser de lancer des fonds non-ESG (53%) et d' ici 2023 pour la grande majorité d' entre eux.

Du côté des 200 limited partners (investisseurs tiers) sondés par PwC, 63% d' entre eux envisagent d' allouer davantage à des fonds répondant aux critères ESG, et en majorité de 10 à 20%. Si l' aspect gouvernance prime sur les autres actuellement dans l' esprit des LP, il continuera de l' être dans les deux prochaines années mais moins (passant de 49 % à 36%) tandis que l' environnement et le social seront mieux considérés par les LP (de 7 à 13% pour l' environnement et de 13 à 20% pour le social).

Olivier Carré, responsable des services financiers chez PwC Luxembourg, estime que les GP " se rendent compte que l'ESG est un argument de poids pour l' alpha " . " Ceci est illustré par le fait que les GPs, en moyenne, ont bénéficié d'une prime de 6 à 10% suite à la mise en œuvre de l'ESG dans leurs méthodologies d'investissement. Bien que ce chiffre soit loin d'être négligeable, nous sommes convaincus que les GP ayant de solides compétences et une forte orientation ESG obtiendront non seulement de meilleures performances d'investissement, mais aussi une plus grande reconnaissance des actionnaires et des parties prenantes " , affirme-t-il.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.