Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'entrepreneuriat enthousiasme les Français

Boursorama19/11/2014 à 17:35

La législation française est l'une des plus souples d'Europe pour créer son entreprise. Un tiers des Français envisagerait ainsi de se lancer dans l'entrepreneuriat.

La création d'entreprise reste un atout français alors que 77% de la population a une image positive de l'entrepreneuriat. Un constat rassurant qui montre la persistance d'un réservoir de créativité et d'innovation, y compris chez les jeunes adultes.

Bonne nouvelle pour l'économie et l'innovation : les Français sont toujours aussi favorables à l'entrepreneuriat, souligne une étude de l'institut GFK.

Un tiers des Français prêts à créer leur entreprise

Un Français sur trois envisagerait ainsi de créer sa propre entreprise au cours de sa vie active. Un chiffre certes légèrement inférieur à la moyenne mondiale qui s'établirait à un peu plus de 40%, mais tout de même bon. Chez les 18-24 ans, qui recouvre aussi bien des profils étudiants que des profils orientés vers la vie professionnelle depuis le collège ou le lycée, 25% des jeunes envisagent déjà de devenir un jour ou l'autre leur propre patron.

La création d'entreprise est bien vue en France : 77% de la population en aurait une image positive. Pour autant, on note une légère baisse des créations d'entreprises au cours de l'année dernière. Avec tout de même 538 100 sociétés créées en 2013, le chiffre est en baisse de 2% par rapport à 2012.

L'environnement français est favorable à la création d'entreprises

Contrairement aux idées reçues, la législation française est l'une des plus souples d'Europe pour la création d'entreprise. Un constat enthousiasmant qui était souligné par Xavier Niel, patron de Free (Iliad), qui déclarait encore il y a trois semaines : « La France est un pays fantastique pour créer des entreprises ! ».

Les bases sont effectivement là pour créer un environnement favorable à la mise sur pied d'une activité : faible capital de départ requis (« SARL à 1€ »), ou encore faibles commissions et rapidité d'enregistrement d'une nouvelle société au tribunal de commerce. A noter toutefois, en contrepartie, que les charges sociales sont par la suite souvent lourdes à supporter.

Une TPE comme complément de salaire

Une autre manière d'envisager l'entrepreneuriat est d'en faire une activité complémentaire à celle d'une activité salariale quotidienne. Peu de Français y pensent souligne l'institut GFK, et pourtant cela peut être une manière de s'accomplir dans une activité personnelle tout en gardant le « filet de sécurité » d'un emploi rémunéré à chaque fin de mois.

Ce type de projet, qui serait davantage connu dans les pays scandinaves qu'en France, concernerait généralement une Très petite entreprise (TPE), dont l'activité ne requiert qu'un faible investissement en temps et en personnel. Le ou les fondateurs (ou fondatrices) en seraient souvent les seuls membres. Tout est envisageable dans ce domaine, où les entreprises exerceraient généralement une activité de niche liée à un loisir. En Suède, ce choix concernerait surtout les moins de 35 ans n'ayant pas encore fondé de foyer familial. Serait-ce un autre élément du système suédois dont la France pourrait s'inspirer ?

X.B.

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.