Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Italie-Conte cherche à résoudre la crise provoquée par le départ du parti de Renzi
Reuters14/01/2021 à 16:15

par Crispian Balmer

ROME, 14 janvier (Reuters) - Le président du Conseil italien, Giuseppe Conte, semble vouloir prendre son temps pour résoudre la crise politique déclenchée par la défection de l'un des alliés de sa coalition, en pleine crise sanitaire.

Matteo Renzi, lui-même ancien chef du gouvernement, a annoncé mercredi la démission des ministres issus de son parti, Italia Viva, en reprochant entre autres à Giuseppe Conte ses projets en matière d'allocation des milliards d'euros promis à Rome dans le cadre du plan de relance de l'Union européenne.

Le parti de Matteo Renzi a toutefois laissé entendre qu'un retour au sein de la coalition était possible à la condition qu'un nouveau pacte politique soit élaboré.

"Ce n'est pas une question de qui (est aux affaires), mais de ce qui est fait", a déclaré Elena Bonetti, l'une des deux ministres sortantes à Radio 24.

Le président du Conseil ne s'est pas exprimé publiquement depuis le départ fracassant de son allié du gouvernement et rien n'indique pour le moment qu'il serait disposé à remettre sa démission au président de la République, Sergio Mattarella.

L'une des options qui s'offrent à lui serait d'essayer de constituer un groupe de parlementaires issus des rangs de l'opposition, qui s'engageraient à soutenir son gouvernement en l'absence d'Italia Viva.

"Giuseppe Conte veut aller au Parlement et voir s'il ne peut pas y construire une majorité alternative", a fait savoir une source gouvernementale.

Il lui faudrait alors trouver environ 25 députés et jusqu'à 18 sénateurs mais une telle majorité serait difficile à gérer.

NOUVELLES INCERTITUDES EN PLEINE ÉPIDÉMIE

Il semble peu probable que les partis de la coalition tentent de négocier un nouvel accord avec Italia Viva après que le principal parti de la majorité, Mouvement 5 Etoiles (M5S), a écarté cette hypothèse, accusant le parti centriste d'humilier l'Italie qui s'apprête à recevoir des milliards d'euros de fonds européens pour relancer son économie.

"L'Italie risque d'être entachée de façon indélébile par un geste que je considère irresponsable et qui, comme je l'ai déjà dit, sépare définitivement nos chemins", a déclaré Luigi Di Maio, le ministre des Affaires étrangères et l'une des figures de proue du M5S.

Nicola Zingaretti, secrétaire national du Parti démocrate (PD), a déclaré jeudi que Matteo Renzi était "indigne de confiance", rejetant lui aussi l'idée d'une nouvelle alliance avec l'ancien chef du gouvernement.

Matteo Salvini a appelé jeudi à des élections législatives alors que les sondages promettent la victoire de la droite emmenée par son parti, la Ligue.

Mais le président Sergio Mattarella cherchera probablement à une éviter une telle issue, synonyme d'incertitude prolongée, alors que le pays est confronté à une résurgence de l'épidémie qui a déjà fait près de 80.000 morts en Italie.

(Avec Giuseppe Fonte et Angelo Amante, version française Laetitia Volga)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer