Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

Inflation : le débat autour d'une taxe exceptionnelle sur les "surprofits" des entreprises fait son retour
information fournie par Boursorama avec Media Services 30/06/2022 à 15:11

Le gouvernement a écarté la taxation des "surprofis", en privilégiant le dialogue avec les grands groupes pour les inciter à des gestes sur les prix finaux de leurs produits, notamment dans le domaine de l'énergie. Un choix décrié par l'opposition.

( AFP / SEBASTIEN BOZON )

( AFP / SEBASTIEN BOZON )

Taxer les bénéfices des grands groupes qui tirent parti de l'inflation  : la mesure, réclamée notamment par le PCF et la France insoumise, semble être écartée par le gouvernement qui appelle ces entreprises à des gestes directs en faveur du pouvoir d'achat des ménages.

Les entreprises énergétiques, TotalEnergies en particulier, sont dans le viseur de la gauche après avoir enregistré des profits en forte hausse grâce à la flambée des cours du pétrole et du gaz Le géant pétrolier a ainsi vu son bénéfice progresser de 48% à près de 5 milliards d'euros au premier trimestre 2022.

"Si on divise ces 5 milliards d'euros-là par les 18 millions d'automobilistes français qui prennent leur voiture pour aller au travail, cela fait 100 euros par mois , non pas 6 centimes, non pas 18 centimes, mais 100 euros par mois. Ce sont donc des sommes absolument considérables qui échappent aux citoyens pour servir très massivement aux actionnaires de Total", s'est insurgé le député LFI François Ruffin mardi sur BFMTV .

Redistribuer le profit des énergéticiens ?

Le patron du PCF Fabien Roussel a annoncé mercredi qu'il déposerait une proposition de loi pour "taxer les bénéfices des compagnies pétrolières" sur 2021 et 2022. Au RN, Marine Le Pen a aussi défendu une telle taxe, qu'elle estime de "justice sociale". Le géant pétrolier n'est pas le seul. Engie aussi a enregistré des résultats spectaculaires au premier trimestre , tout comme l'armateur CMA CGM, au moment où les coûts du transport maritime s'envolent avec la reprise du commerce mondial après la pandémie.

Graphique montrant l'évolution du prix de vente du gazole, du Sans plomb 95 et du Sans plomb 98 en France de janvier 2016 à juin 2022 ( AFP /  )

Graphique montrant l'évolution du prix de vente du gazole, du Sans plomb 95 et du Sans plomb 98 en France de janvier 2016 à juin 2022 ( AFP / )

Certains États ont déjà franchi le pas. Le très libéral Royaume-Uni a instauré une taxe temporaire de 25% sur les bénéfices des géants pétroliers pour financer des aides aux ménages les plus défavorisés face à l'inflation . Et l'Italie a décidé de prélever 25% supplémentaires sur les bénéfices des grandes entreprises du secteur de l'énergie. Même l'OCDE avait estimé dès le mois de mars que les dépenses de soutien au pouvoir d'achat pourraient être en partie financées par "l'imposition des gains exceptionnels dans certains pays".

En France, le gouvernement n'a pas l'air partant, répétant systématiquement l'engagement d'Emmanuel Macron de ne pas augmenter les impôts. Ce n'est " pas forcément la meilleure solution ", a estimé le ministre de l'Économie Bruno Le Maire dans un entretien aux Échos mercredi.

Convaincre les entreprises de faire des gestes volontaires

La porte-parole du gouvernement Olivia Grégoire a, elle, affirmé sur BFMTV qu'"aucun arbitrage n'(était) pris", ajoutant toutefois qu'"on est en train de regarder, ça fait typiquement partie des choses qu'on discute avec les oppositions en ce moment même".

La stratégie de l'exécutif semble plutôt de convaincre ces grandes entreprises de faire des gestes volontaires. "Il y a un certain nombre d'entreprises qui ont fait des profits importants pendant la crise (...) Moi je leur demande de me faire des propositions, et des propositions fortes, pour qu'ils puissent rendre une partie de leurs bénéfices aux Français directement", a expliqué Bruno Le Maire sur Cnews .

"Aujourd'hui j'estime qu'ils peuvent faire bien davantage. Après, s'ils préfèrent ne pas faire davantage, eh bien nous prendrons nos responsabilités", a-t-il prévenu. Pour le patron du Medef Geoffroy Roux de Bézieux, "les hausses d'impôt ne sont pas la solution" . "Je comprends en revanche que l'on demande à ces entreprises de faire des efforts, notamment sur leurs prix", a-t-il dit dans un entretien aux Échos lundi.

Bruno Le Maire rencontre des patrons

En début de semaine, Bruno le Maire avait estimé que "tout l'effort (contre l'inflation) ne [pouvait] pas reposer uniquement sur l'État". Il avait annoncé avoir demandé au patron de TotalEnergies Patrick Pouyanné de prolonger , voire d'augmenter, la remise de 10 centimes d'euros par litre que le groupe avait décidé d'accorder aux automobilistes dans ses stations service.

Un appel en partie entendu par le groupe pétrolier puisqu'il a annoncé mercredi réhausser sa remise sur le litre de carburant de 10 à 12 centimes d'euros pour les automobilistes faisant le plein cet été dans une de ses quelque 120 stations-service sur l'autoroute. Cette ristourne ne concernera cependant pas les stations en zone rurale. Outre le patron de TotalEnergies, Bruno Le Maire a rencontré récemment le patron de CMA CGM Rodolphe Saadé, pour lui demander si un effort était possible sur "le transport des matières premières pour le bâtiment", indique-t-on au ministère.

Valeurs associées

13,73 EUR Euronext Paris +1,44%
61,77 EUR Euronext Paris -0,87%

12 commentaires

  • 30 juin 23:10

    Comme toujours le gouvernement va au plus facile ... Faire payer ceux qui réussissent plutôt que combattre les dépenses publiques inutiles ou injustifiée .


Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.