Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

«Hausse des dividendes : un bon signal ?»

Le Cercle des économistes02/10/2017 à 09:53

Le Palais Brongniart, ancien siège de la Bourse de Paris. (crédit : L. Grassin)

Les études se suivent et se ressemblent : les dividendes versés aux actionnaires sont à la hausse, et la France n’est pas en reste. Souvent mal compris, car mal connus, le fonctionnement et la philosophie de la rémunération des actionnaires sont très critiqués par une partie de l’opinion. Arguments et démonstration à l’appui, Valérie Mignon casse quelques idées reçues.

Les annonces de versements de dividendes font fréquemment les gros titres des journaux et suscitent de multiples réactions et commentaires dans les médias et sur les réseaux sociaux. A chaque montée de dividendes, les actionnaires sont ainsi pointés du doigt, accusés de s’enrichir au détriment des entreprises. Qu’en est-il réellement ? Quel est le signal véhiculé par une augmentation de dividendes ?

Le dividende n'est pas la rémunération de l'actionnaire

Aux yeux du « grand public », le dividende est souvent assimilé - à tort - à la rémunération de l’actionnaire. En réalité, il correspond à la partie du bénéfice réalisé par l’entreprise qui est reversée à l’actionnaire à hauteur du nombre d’actions détenues par celui-ci. Il ne s’agit donc pas d’une rémunération dans la mesure où, lors du versement, le montant du dividende est soustrait du cours de l’action. En d’autres termes, lorsque les dividendes sont distribués, le cours de l’action baisse du montant du dividende, toutes choses égales par ailleurs.

Au total, le versement du dividende modifie la composition du portefeuille de l’actionnaire : la valeur de celui-ci diminue à hauteur du montant des dividendes perçus et la trésorerie de l’actionnaire augmente d’autant. Enfin, soulignons que le paiement de dividendes n’est pas automatique et relève d’un vote de l’assemblée Générale des actionnaires de l’entreprise concernée.

Le dividende peut masquer une héterogénéité des entreprises

Dès lors, si le versement de dividendes n'engendre pas d'enrichissement net pour les actionnaires, pourquoi leur augmentation a-t-elle un si mauvais écho auprès du grand public et engendre-t-elle une réaction de presse plus politique que technique ? En admettant que les dividendes reflètent la santé économique et financière d’une firme, il est important d’identifier quelles sont les entreprises qui les distribuent. Si ce sont uniquement les sociétés cotées à forte capitalisation boursière, la hausse des dividendes peut masquer une hétérogénéité très importante des entreprises pour ne refléter la bonne santé que des plus grosses d’entre elles. 

Une autre critique fréquemment adressée est que des dividendes en hausse pèsent sur les bénéfices que les entreprises pourraient consacrer à l’investissement. Il conviendrait d’étudier le ratio dividendes sur bénéfices pour trancher cette question, mais soulignons que plusieurs études mettent en évidence qu’une entreprise distribuant des dividendes élevés tend aussi à investir de façon importante ; les deux iraient ainsi de pair. 

Un signal de confiance

En augmentant ses dividendes, l’entreprise envoie un signal de confiance à ses actionnaires en leur signifiant des perspectives de croissance favorables. Plus généralement, l’évolution des dividendes constitue un signal majeur permettant de réduire les asymétries d’information entre dirigeants et petits investisseurs. Ainsi, ce n’est pas tant le niveau des dividendes qui importe, mais leur variation : en accroissant les dividendes, une entreprise signale à ses actionnaires qu’elle est confiante en l’avenir, alors qu’une diminution pourrait être interprétée comme un signe de mauvaise gestion. En outre, en versant des dividendes en hausse, l’entreprise réduit les marges discrétionnaires des dirigeants qui pourraient ne pas forcément investir dans l’intérêt de leurs actionnaires. 

Au total, les versements de dividendes apparaissent ainsi plus comme un moyen de réallouer du capital dans l’économie que comme une prime aux actionnaires pénalisant les entreprises.

Valérie Mignon est membre du Cercle des économistes, Professeur d’économie à l’université Paris Ouest Nanterre, directrice d’EconomiX et conseiller scientifique au CEPII.

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.