Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

GRAPHES-Le pouvoir de fixer les prix, critique même avec plus d'inflation
Reuters02/03/2017 à 17:09

    * L'inflation repart: http://bit.ly/2mPpakV 
    * C'est moins net pour l'inflation sous-jacente: 
    * http://bit.ly/2mPh2AW 
    * Les entreprises peinent à répercuter les hausses de coûts: 
    * http://bit.ly/2lYk4Fn 
    * Pas de secteurs en déflation dans les "top 
performers"-gérant: 
    * http://bit.ly/2lD7uJ6 
 
    PARIS, 2 mars (Reuters) - La normalisation progressive de 
l'inflation ne permet pas nécessairement aux entreprises de 
répercuter complètement la hausse du coût de leurs 
approvisionnements dans leur prix de vente et leur capacité à le 
faire restera déterminante pour leur valorisation.  
    L'inflation se redresse dans la plupart des grandes 
économies, se rapprochant dans certains cas des objectifs à 
moyen terme de certaines banques centrales, en raison d'effets 
de base favorables notamment sur les prix de l'énergie.  
    Graphique: http://bit.ly/2mPpakV 
     
    La hausse des prix, hors éléments volatils comme les prix de 
l'énergie et de l'alimentation, remonte aussi, les pays 
émergents, Chine en tête, ayant cessé d'exporter de la 
déflation. 
    Graphique: http://bit.ly/2lhLYgz 
     
    Pour cette inflation sous-jacente, le redressement est 
toutefois beaucoup moins marqué et elle demeure encore éloignée 
dans de nombreux pays de l'objectif des principales grandes 
banques centrales d'une inflation proche de 2% en rythme annuel. 
    Graphique: http://bit.ly/2mPh2AW 
     
    Dans ce contexte de normalisation très progressive de 
l'inflation, les entreprises peinent à faire passer la hausse de 
leurs coûts d'approvisionnements dans leurs prix de vente, comme 
le montre le décalage entre les anticipations à l'échelle 
mondiale des directeurs d'achat sur les premiers et les seconds, 
tels que mesurées par Markit et synthétisées par JP Morgan.  
    Graphique : http://bit.ly/2lYk4Fn 
     
    La capacité des entreprises à faire passer des hausses de 
prix reste déterminante pour protéger la croissance de leur 
chiffre d'affaires et leur marge. 
    Mais, c'est aussi un thème d'investissement sur la durée car 
il permet de sélectionner des valeurs qui vont disposer d'un 
savoir faire discriminant, d'une marque forte, d'une avance 
technologique ou d'une capacité d'innovation durable voire 
d'autres barrières à l'entrée qui les protégeront de la 
concurrence, explique Gérard Moulin, gérant du fonds Amplegest 
Pricing Power.  LP65063151   LP68050354  
    Il note que certains secteurs connaissent une baisse des 
prix structurelle depuis de nombreuses années et cite notamment 
la grande distribution, l'hôtellerie confrontée aux pressions 
provenant des comparateurs de prix et à l'arrivée de nouveaux 
acteurs comme Airbnb et HomeAway, l'aérien avec la concurrence 
des compagnies low-cost ainsi que les télécoms, avec la baisse 
tendancielle de la facture moyenne d'un abonnement mobile malgré 
l'amélioration des offres.  
    A l'inverse, certains secteurs, voire certaines niches, se 
caractérisent par une progression structurelle de leurs prix. 
    Gérard Moulin prend ainsi l'exemple de l'hébergement en 
maison de retraite où il n'y a pas de guerre des prix, les 
besoins n'étant pas satisfaits et où les prix peuvent être 
régulièrement revalorisés. Le pensionnaire type d'une maison de 
retraite médicalisée est une femme de 84 ans, présentant six 
pathologies et dont le séjour est d'une durée moyenne de 18 
mois. 
    Mais des secteurs beaucoup plus importants comme celui des 
spiritueux ont pu durablement augmenter leur prix en montant en 
gamme par une politique de "premiumisation" de leur offre.  
    Le secteur des cosmétiques connaît aussi une progression 
constante des prix depuis dix ans en alliant un marketing 
efficace et des réseaux de distribution puissants qui permettent 
d'installer des marques phares dans la durée, souligne le gérant 
du fonds Amplegest Princing Power, dont les actifs atteignent un 
peu plus de 80 millions d'euros.  
    Le secteur du luxe porté par "le cocktail magique du client 
qui ne compte pas et veut payer un savoir-faire tout en 
affichant un signe extérieur de réussite" est particulièrement 
bien placé dans le palmarès des détenteurs de "pricing power", 
poursuit le gérant qui rappel que des produits "iconiques" comme 
le sac Chanel 2.55 ou le KEEPALL 60 de Louis Vuitton ont connu 
des hausse de prix de près de 200% et de plus de 80% 
respectivement sur les dix dernières années.  
    Gérard Moulin relève qu'aucun secteur en déflation ne figure 
parmi les "top performers" de l'indice des valeurs européennes 
Stoxx 600.  
    Graphique: http://bit.ly/2lD7uJ6 
     
    Si certains secteurs historiquement considérés comme 
cycliques et à faible valeur ajoutée sont en revanche très bien 
placés, ils le doivent en grande partie à leur changement de 
statut grâce à la montée en gamme et à l'innovation. C'est le 
cas de la chimie, dont le sous-indice sectoriel comprend surtout 
des chimistes de spécialités, des spécialistes des gaz 
industriels ou des arômes et parfum mais aussi des 
équipementiers automobiles devenus des firmes technologiques. 
    Les valeurs sélectionnées dans le fonds Amplegest Pricing 
Power doivent respecter sept critères sur huit qui sont à la 
fois quantitatifs (l'évolution du "price earning growth" qui 
rapporte le taux de capitalisation des bénéfices, PER, aux taux 
de croissance du bénéfice net par action, la marge 
d'exploitation et la croissance organique) et qualitatifs 
(fiabilité du management, qualité de la marque, politique 
d'acquisition créatrice de valeur, capacité à gagner des parts 
de marché). Lorsque deux de ces critères ne sont pas respectés, 
les valeurs sont placées sous surveillance.  
    Le fonds compte actuellement 27 lignes, ce qui en fait selon 
Gérard Moulin un des fonds les plus concentrés de la place avec 
des valeurs comme Thalès  TCFP.PA , le leader mondial des freins 
à haute performance en Italie, Brembo  BRBI.MI , le leader 
européen des maisons de retraite, Orpéa  ORP.PA , le spécialiste 
allemand des arômes et parfums, Symrise  SY1G.DE , le nouvel 
acteur du luxe en croissance en Italie Brunello Cucinelli 
 BCU.MI , des sociétés industrielles de niche en Allemagne comme 
Kion  KGX.DE  et Krones  KRNG.DE  ou le constructeur automobile 
très haut de gamme Ferrari  RACE.MI . 
    Ce dernier constitue la première ligne du fond à égalité 
avec LVMH  LVMH.PA  qui représente 5,8% de l'encours, suivi par 
L'Oréal  OREP.PA  (5,6%). Gérard Moulin souligne toutefois que 
les valeurs industrielles sont très représentées dans le fonds, 
pesant plus de la moitié de l'encours.      
    
    Sources :  
    *Les valeurs capables d'imposer leurs prix. Présentation 
Amplegest Princing Power. 2 mars 2017 
    *More(very bad) inflation. Europe Economic Weekly  
 
 (Marc Joanny, édité par Jean-Michel Bélot) 
 

Valeurs associées

MIL 0.00%
MIL -0.19%
Euronext Paris -0.39%
Euronext Paris -0.08%
Euronext Paris +1.09%
Euronext Paris +1.08%
XETRA +0.50%
XETRA +0.18%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Vous avez accepté la pose de traceurs

Fermer

Vous avez refusé la pose de traceurs

Fermer