1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Le marché auto baisse en juillet malgré la nouvelle prime
Reuters01/08/2019 à 13:32

    PARIS, 1er août (Reuters) - Les immatriculations de voitures
neuves en France ont baissé en juillet de 1,8%, le surcroît de
demande en prévision du durcissement de la prime à la conversion
et la présence d'un jour ouvrable supplémentaire n'ayant pas
compensé l'atonie générale du marché.
    Il s'est immatriculé en France 172.228 véhicules
particuliers le mois dernier, selon les données publiées jeudi
par le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA).
Juillet ayant compté cette année un jour de plus que l'an
dernier, la baisse corrigée atteint 6,1%.
    La prime à la conversion, ou prime à la casse, versée pour
l'achat d'un véhicule neuf ou d'occasion récent contre la mise
au rebut d'un véhicule ancien plus polluant, rencontre un succès
bien supérieur aux attentes et a été durcie à compter du 1er
août.
    Le dispositif en place depuis 2018 exclut désormais des
critères d'achat les véhicules de plus de 60.000 euros - dont
l'effet en volume sur le marché français reste limité - ainsi
que les diesels d'occasion, se resserre sur les ménages plus
modestes et abaisse de 122 à 116 grammes de CO2/km le plafond
des émissions des véhicules qu'on peut acheter.  
    "Le marché baisse malgré un jour de plus et malgré les
nouvelles règles de calcul de la prime, ce qui veut dire qu'on
est bien entré dans un cycle baissier pour l'industrie
automobile en France, en Europe et partout dans le monde",
commente Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem de
l'automobile.
    "Les nouveaux modèles attendus sur la deuxième partie de
l'année vont aider, mais impossible de dire s'ils suffiront à
ramener le marché en territoire positif", ajoute-t-il.
    Le marché automobile français, qui avait déjà fortement
baissé de 8,1% en données brutes en juin, accuse maintenant un
recul de 1,8% sur sept premiers mois de l'année.
    Après avoir commencé 2019 sur un mauvais pied à cause des
perturbations provoquées par le cycle d'homologation plus strict
WLTP, le marché alterne depuis le début de l'année des baisses
(janvier, mars et juin) avec des hausses (février, avril et
mai).
    Au total, selon le CCFA, les immatriculations sont toujours
parties pour stagner sur l'ensemble de 2019, interrompant ainsi
quatre années consécutive de croissance.
    L'Observatoire Cetelem est plus pessimiste tant le second
semestre s'annonce incertain avec la diminution de la demande
des particuliers et table sur un recul de 3,3% du marché cette
année.
    La société de données AAA Data anticipe pour sa part une
légère croissance de 0,4% en 2019 grâce au coup de fouet attendu
au second semestre d'importantes nouveautés, comme les Renault
Clio et Peugeot 208 et de nouvelle génération.
    Les deux petites berlines ont été, dans leur version
actuelle, les deux voitures les plus vendues en France sur les
sept premiers mois de l'année.
    Les immatriculations du groupe PSA  PEUP.PA , qui regroupe
les marques Peugeot, Citroën, DS, Opel et Vauxhall, ont augmenté
de 4,1% en juillet par rapport au même mois de 2018 grâce à une
performance solide de Citroën.
    Le groupe Renault  RENA.PA , qui a averti fin juillet sur
son chiffre d'affaires annuel à cause de la dégradation de ses
ventes sur plusieurs de ses marchés importants, a vu quant à lui
ses immatriculations en France chuter de 9,8% le mois dernier.
    La résistance de la marque low cost Dacia (+1,5%) et la
flambée d'Alpine, la marque sportive fraîchement relancée qui a
presque triplé ses ventes mais dans un petit volume de 319
voitures, n'ont pas suffi à compenser la dégringolade de la
marque au losange sur le mois (-14,5%).  

 (Gilles Guillaume, édité par Jean-Michel Bélot)
 

Valeurs associées

Euronext Paris -1.35%
Euronext Paris -1.77%
Euronext Paris -100.00%
XETRA -1.37%
XETRA -0.77%

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • NYORKER
    01 août14:34

    Gardons nos voitures actuelles et on fera des économies

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer