1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Fiscalité successorale : les décisions de jurisprudence qui ont marqué 2017

Le Revenu24/02/2018 à 09:09

Sylvie Lerond et Gregory Dumont, avocats counsels, CMS Francis Lefebvre Avocats. (© Fotolia)

Le début d'année est une période propice aux bilans de l'année écoulée et nous vous proposons un regard sur les décisions de jurisprudence qui ont marqué l'année 2017 en matière de fiscalité successorale.

Nue-propriété

Une donation de nue-propriété, présumée inexistante au plan fiscal en application de l'article 751 du CGI, ne peut pas être rectifiée (Cass. com. 1er mars 2017 no 15-14170).

Lorsqu'une donation en nue-propriété avec réserve d'usufruit est consentie moins de trois mois avant le décès du donateur, la donation est présumée au plan fiscal inexistante et la pleine propriété du bien donné est réputée faire partie de la succession du donateur. La présomption ne peut être renversée que par la preuve de la sincérité du démembrement usufruit/nue-propriété (CA Paris 6 juin 2017 n°14-25473).

Un arrêt du 1er mars 2017 illustre la portée de la présomption dans un cas où celle-ci a bénéficié au contribuable.

Une grand-mère consent à ses petits-enfants une donation en nue-propriété avec réserve d'usufruit portant sur un ensemble immobilier. La donatrice décède moins de trois mois après la donation. L'administration fiscale notifie alors une proposition de rectification visant à rehausser la valeur des biens donnés, au lieu de réintégrer ces biens dans la succession de la donatrice.

La Cour de cassation considère que la

Lire la suite sur le revenu.com

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • ASW15
    24 février16:20

    C'est comme le versement d'une somme "délibérément exagérée" versée sur un contrat d'assurance vie quelques mois avant un décès (...)

    Signaler un abus

  • kram123
    24 février12:58

    comme la succession de johny hallidays , elle est au paradis fiscale (lcp)les petits faut vous saigner

    Signaler un abus

  • ccondem1
    24 février10:14

    Pas exactement, jean. Puisque la preuve de sincérité est évidente si le décès est de cause subite. Par ailleurs, la finesse de cette plaidoirie est remarquable : mes plus vives félicitations aux ténors de chez Lefebvre !

    Signaler un abus

  • jean.coq
    24 février10:07

    Morale: si vous faites une donation, vous devez attendre un certain temps non défini mais plus de 3 mois, pour mourir. Cest clair !!!

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

4786.39 -0.56%
CGG
1.147 -10.81%
51.5 -20.22%
1.14095 +0.22%
1.893 -3.07%

Les Risques en Bourse

Fermer