Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Fiscalité et normes, priorités du secteur immobilier

Reuters22/08/2014 à 19:51

L'IMMOBILIER DANS L'ATTENTE DES MESURES PROMISES PAR FRANÇOIS HOLLANDE

par Gregory Blachier

PARIS (Reuters) - Le secteur de l'immobilier, dont la crise pèse lourdement sur la croissance, attend beaucoup des nouvelles mesures fiscales et de simplification promises par François Hollande et veut croire que les investisseurs vont ainsi retrouver confiance.

Le chef de l'Etat a annoncé jeudi à La Réunion que le détail des mesures sur ce dossier, comme sur la libéralisation des professions réglementées, l'encouragement à l'investissement et la simplification, serait connu la semaine prochaine.

Il dit vouloir agir sur trois leviers dans le domaine du logement: la fiscalité, l'investissement et la réglementation.

Après la très contestée loi Alur adoptée quand Cécile Duflot était ministre du Logement et le plan de relance présenté au début de l'été, un nouveau train de mesures se révèle nécessaire pour ce secteur essentiel à l'économie français mais apathique.

Les transactions immobilières sont en berne malgré des taux historiquement bas et la construction est au plus mal. Les mises en chantier ont atteint en juillet le plus bas depuis novembre 1998, à 305.700 unités sur un an, et les permis de construire ont chuté de 20,2% sur un an.

S'il y a urgence à agir, François Payelle, président de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI), ne jette pas la pierre au gouvernement de Manuel Valls, qu'il dit volontaire.

"Il y a des choses qui arrivent avec la loi de finances et la loi de simplification. Le Premier ministre nous a dit 'faites des propositions que l'on puisse porter dans ces deux véhicules législatifs'", assure-t-il à Reuters.

Les professionnels, reçus en juillet par le gouvernement, vont à nouveau l'être dans les deux semaines qui viennent.

Ils entendent défendre leurs idées-forces avec pour credo d'aider l'ancien afin d'avoir des effets rapides, un logement neuf étant en général livré au bout de six à sept ans.

"On a un vrai problème de construction, mais c'est lié à l'ancien. Si les gens qui sont propriétaires dans l'ancien n'arrivent pas à vendre, ils n'achèteront pas du neuf", estime Jean-François Buet, président du réseau FNAIM.

PRIMO-ACCÉDANTS ET PLUS-VALUES, PRIORITÉS FISCALES

Une mesure en ce sens a été prise en juillet avec le nouveau Prêt à taux zéro (PTZ), étendu à l'ancien sous condition de travaux et dans certaines zones, mais cela répond mal aux besoins, selon Bruno Rouleau, du réseau de courtage Cafpi :

"Ça va dans le bon sens mais on est perfectionnistes sur les travaux, le virage énergétique. On ne tient pas compte de la conjoncture, on aurait pu faire une parenthèse là-dessus."

Jean-François Buet est plus sévère. "Les primo-accédants, ce sont les jeunes, qui n'ont pas les moyens de faire les travaux. Quant à 'revitaliser les centres-bourgs', ça fait sourire. Les jeunes sont là où ils ont du travail, en ville", dit-il.

Pour fluidifier le marché, son réseau propose le retour d'un crédit d'impôt sur les intérêts d'emprunt et l'ouverture du "don manuel" aux grands-parents afin qu'ils aident leurs petits-enfants, pour relancer l'accession à la propriété.

Sur l'investissement locatif, la FPI s'attend à voir reprise sa proposition d'ouvrir l'abattement fiscal Duflot - accordé en échange de l'engagement de louer - à la location au sein de la famille, et espère voir le taux de la réduction d'impôt porté à 21% contre 18% si le bien est loué 12 ans au lieu de 9.

Tous réclament en outre une réforme de la taxation sur les plus-values, qui a été modifiée trois fois en trois ans et est jugée illisible, même si le passage de 30 à 22 ans de la durée de détention au-delà de laquelle le vendeur est exonéré d'impôts - à l'exception de la CSG - a été bien accueilli.

"Il faut la simplifier au maximum", plaide Laurent Vimont, président de Century 21, qui demande aussi la suppression de la surtaxe de 6% mise en place en 2013.

François Payelle va plus loin : "Il faut un fort abattement pendant deux ou trois ans et ensuite mettre en place une logique inversée : plus vous gardez le bien, plus vous êtes taxé."

TABOU DES NORMES HANDICAPÉS

Le président de la FPI estime qu'une même logique appliquée au foncier permettrait en outre de rendre disponible nombre de terrains inoccupés, car la libération d'espaces - locaux ou fonciers - est au coeur du problème de la construction.

Le ministère du Logement a promis d'y oeuvrer mais les élus restent très réticents, pour des raisons électorales et budgétaires, alors que le foncier est largement disponible.

François Payelle suggère, et le ministère disait y réfléchir en mai dernier, déjà, de récompenser les maires bâtisseurs. Laurent Vimont de Century 21 estime lui que les édiles doivent "sélectionner un promoteur sur la base d'un projet, et arrêter de vendre les terrains aux enchères" pour faciliter les choses.

Enfin, les professionnels attendent que le gouvernement accélère franchement sur la simplification de normes qui bloquent nombre de projets, comme l'obligation de faire des parkings, jusqu'aux plus tabous.

"Même sur les normes pour les personnes handicapées, il y a des choses qui permettraient de construire en les respectant", assure Laurent Vimont. "On pourrait limiter à un logement par bâtiment. Est-ce que toutes les voitures neuves sont adaptées aux personnes handicapées ?"

Pour lui, toute mesure sera bénéfique dès lors qu'elle sera encourageante pour les propriétaires, échaudés par Alur.

"Il y a un fil extrêmement ténu de la confiance qui a été rompu. Les propriétaires investisseurs sont en fuite - on estime que 110.000 ont quitté le marché depuis deux ans et demi. Restaurer la confiance, c'est la priorité", affirme-t-il.

(Edité par Yves Clarisse)

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M2473957
    22 août21:49

    A boutev, tant mieux! Moins il y a d esclavagiste qui investissent dans l immobilier plus les prix baissent! Ce qui fait du bien à tout le monde sauf aux spéculateurs et aux parasites...

    Signaler un abus

  • M2286010
    22 août20:17

    Un grand merci à Cécile Duflot! Il va falloir maintenant détricoter son "travail". mais comme disais ma grand mère, faire et défaire c'est toujours travailler...Ca occupera nos gouvernants et nos députés un bon moment. Que certains s'étonnent que les investisseurs aient fui le marché, c'est époustouflant! Personnellement, je suis vacciné pour un bon moment...

    Signaler un abus

  • boutev
    22 août18:15

    Mais vous n'avez rien compris, j'ai de quoi placer mais l'état me prendra des taxes sur des plus values MEME SI ELLE SONT LE RESULTAT DE L'INFLATION. Et ce sans visibilité. Et bien vous savez quoi: j'investis dans le mobilier. Mon argent n'ira pas aider à loger les candidats à la location.SUPRIMEZ LES TAXES SUR LES PLUS VALUES OU AU MOINS INDEXEZ LES SUR L'INFLATION

    Signaler un abus

  • mickae82
    22 août18:05

    voilà Duflot az cassé le secteur et maintenant les lobbies vont faire ce qu'ils veulent !pas possible de trouver des gens compétents ?

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.