Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

EssilorLuxottica veut "tourner la page" et boucler le rachat de Grandvision
information fournie par Reuters29/06/2021 à 19:36

ESSILORLUXOTTICA VEUT "TOURNER LA PAGE" ET BOUCLER LE RACHAT DE GRANDVISION

ESSILORLUXOTTICA VEUT "TOURNER LA PAGE" ET BOUCLER LE RACHAT DE GRANDVISION

PARIS (Reuters) - EssilorLuxottica a annoncé mardi avoir approuvé la finalisation au 1er juillet de son projet de rachat du groupe d'optique néerlandais Grandvision pour 7,2 milliards d'euros, mettant un terme à un feuilleton commencé il y a près de deux ans.

"Après avoir étudié toutes nos options, nous avons pris la décision de finaliser l’acquisition sans plus attendre. La logique stratégique de la transaction reste forte et inchangée, et après deux ans d’efforts et de travail constant, nous sommes prêts à tourner la page et à commencer un nouveau chapitre de l’histoire d’EssilorLuxottica, avec GrandVision", a annoncé le groupe dans un communiqué.

"Alors que notre industrie renoue avec la croissance post-pandémie, nous estimons que c'est le moment idéal pour développer nos activités de vente au détail (...)."

Le groupe néerlandais a répondu dans la foulée qu'il "prenait note" de la décision d'EssilorLuxottica.

Le spécialiste de l'optique franco-italien avait dit en début de semaine dernière examiner ses options regardant son projet de rachat après une décision de justice en sa faveur, laissant certains observateurs penser qu'il pourrait purement et simplement renoncer à cette acquisition.

Le 21 juin, un tribunal néerlandais a jugé que Grandvision n'avait pas respecté ses engagements vis-à-vis de l'accord de rapprochement avec EssilorLuxottica, qui se retrouvait ainsi libéré de ses propres obligations regardant cet accord.

Les deux groupes étaient engagés dans une bataille judiciaire depuis qu'EssilorLuxottica avait dénoncé les décisions prises par Grandvision au début de la pandémie de coronavirus.

Le groupe franco-italien estimait que la décision du groupe néerlandais de suspendre les paiements aux propriétaires de magasins et aux fournisseurs et de demander une aide d'État, sans demander son approbation, constituait une violation de l'accord de rachat.

Grandvision avait de son côté accusé EssilorLuxottica de chercher un prétexte pour se désengager de l'accord à moindre frais.

(Blandine Hénault et Nicolas Delame)

Valeurs associées

Euronext Amsterdam 0.00%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.