Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

EFG a renoué avec les bénéfices en 2018
information fournie par Newsmanagers21/03/2019 à 10:30

(NEWSManagers.com) - EFG repasse dans le vert en 2018 et poursuit son développement avec une nouvelle acquisition. Le groupe a fait état d'un bénéfice net IFRS de 70,3 millions de francs, après une perte de 59,8 millions un an plus tôt. Le profit net sous-jacent - ajusté des coûts d' intégration de BSI et de ceux liés à l' assurance-vie - ressort à 191,8 millions de francs, en hausse de plus de 16%, précise le groupe dans un communiqué publié ce 13 mars.

EFG a annoncé par ailleurs l'acquisition d'une participation majoritaire dans le fournisseur australien de services financiers Shaw and Partners avec des actifs sous gestion de 15,9 milliards de dollars australiens, soit 11,4 milliards de francs suisses. Les actifs sous gestion générateurs de revenus s' établissaient fin 2018 à 131,2 milliards de francs, contre 142 milliards à fin 2017 en raison principalement des impacts marchés et devises négatifs, pas loin de 8 milliards de francs au total.

Mais avec l'apport de l'acquisition du groupe australien, les actifs sous gestion s'inscrivent à fin février à 146,4 milliards de francs sur une base ajustée. Déjà à cette date, les encours, portés par les marchés, avaient progressé à 135,4 milliards de francs.

EFG indique que durant l'année écoulée, les sorties de capitaux liés à l'acquisition de BSI en 2016 ont diminué à 4,6 milliards de francs contre 8,2 milliards de francs en 2017, loin d'être compensées par une collecte nette de 2,5 milliards de francs . Au total, depuis la clôture de l'acquisition en novembre 2016, l'hémorragie de capitaux atteint 16,2 milliards de francs à fin 2018, un peu plus que prévu.

L'an dernier, le produit d' exploitation s' est contracté de 3,1% à 1,17 milliard de francs, " reflétant un brusque déclin de l' activité de la clientèle au deuxième semestre 2018, au vu de l' incertitude des investisseurs" . EFG se félicite toutefois d' avoir réalisé des " progrès significatifs" en matière de synergies et de réduction des coûts. Les charges d' exploitation sous-jacentes ont été ramenées sous la barre du milliard de francs (-6%) et les synergies avant impôts se sont montées à 187 millions, soit 7 millions de plus que l' objectif fixé, précise le communiqué.

Le coefficient d'exploitation s'est toutefois maintenu à des niveaux très élevés, à 82,9% contre 85,9% en 2017.

Le groupe, dirigé par Giorgio Pradelli, vise désormais une fourchette de 72 à 75% à l'horizon 2022, contre un objectif de moins de 70% affiché jusqu'ici. Une évolution attribuée non pas aux coûts mais à la hausse plus lente que prévu des actifs sous gestion.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.