1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Économie française : une récession de grande ampleur se profile
Le Revenu04/04/2020 à 11:16

Selon une estimation de l'Insee, un confinement d'un mois aurait un impact de 3 points sur le PIB annuel. L'OFCE, lui, calcule la perte de 2,6 points. (© AFP)

Avec deux mois de confinement, l'activité économique pourrait chuter de plus de 5%. La contraction du PIB sur quelques mois pourrait être la pire enregistrée par l'économie française depuis les événements de mai 1968.

Les cartes bleues se refroidissent peu à peu, mais les calculettes n'ont jamais autant chauffé. Avec la crise sanitaire liée au coronavirus et la période de confinement qui va de pair, la question n'est plus de savoir si l'économie française va basculer en récession, mais de quelle ampleur sera la contraction de l'activité.

Une première esquisse avait été donnée dans le budget rectificatif pour 2020, adopté le 20 mars dernier. L'hypothèse retenue alors par Bercy était une baisse de 1% du produit intérieur brut (PIB), à comparer à une croissance de 1,3% prévue dans la loi de finances initiale.

Par contrecoup, le déficit public devait grimper à 3,9% du PIB, contre une prévision initiale de 2,2%. En dépit de cette révision drastique (2,3 points d'écart de croissance), le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, va devoir de nouveau revoir sa copie, tant ces prévisions paraissent aujourd'hui éloignées de la réalité.

Perte d'activité de 35%

Dans un exercice inédit, l'Insee a livré une première estimation, «qui peut paraître dérisoire quand la préoccupation première est d'éviter une catastrophe sanitaire», comme l'a précisé son directeur général.

La perte d'activité liée à la crise sanitaire en cours, par rapport à une situation normale, s'élèverait à 35% (chiffre identique pour la consommation des ménages). Certes, l'impact est très

Lire la suite sur LeRevenu.com

41 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • Fremiet8
    06 avril07:48

    Bonjour,450.000morts tous les ans du paludisme1 million de morts de la tuberculoseEt on nous détruit l'économie mondiale pour une grippeDans les années 1980,les grippes étaient aussi virulentes ,n'avaient pas de vaccin,Et l'immunité se faisait naturellement et tout le monde s'en foutait.Aujourd'hui,merci les médias destructeurs .Tout ça pour faire redémarrer l'inflation et servir les banques

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer