Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Economie chinoise : fausse croissance et "décennie perdue" à venir ? (Aurel BGC)

Boursorama31/07/2015 à 14:21

Tout montre que l'activité industrielle chinoise est en train de ralentir. Aurel BGC entrevoit un parallèle entre Chine et Japon.

Depuis plusieurs semaines, la Chine laisse sceptique. Christian Parisot et Jean-Louis Mourier, économistes chez Aurel BGC, s’interrogent sur une éventuelle « japonisation » à venir de l’économie chinoise, alors que celle-ci donne des signes de décélération.

Entre les violents soubresauts de la bourse chinoise et la publication d’indicateurs traduisant un ralentissement de son activité industrielle, la Chine est devenue la source de nombreuses incertitudes ces temps-ci. « La violente chute du marché actions chinois a attiré l’attention et les interrogations des investisseurs sur le véritable rythme de croissance dans ce pays », remarque ainsi Aurel BGC dans une note de conjoncture publiée jeudi 30 juillet.

La croissance à 7% est mise en doute

Christian Parisot et Jean-Louis Mourier poursuivent : « officiellement, sur le second trimestre, la croissance chinoise est de 7% en glissement sur un an, son rythme le plus faible en 5 ans ». Cependant, les deux économistes d’Aurel BGC avertissent que « ce chiffre de 7% peut-être mis en doute aux regards des publications mitigées de chiffres d’affaires réalisés par les entreprises occidentales en Chine ».

La saison des résultats semestriels des entreprises a en effet révélé que plusieurs groupes implantés à l’international ont eu une croissance inférieure aux prévisions en ce qui concerne leurs activités en Chine. « Les sociétés de biens de consommation courantes (P&G, Colgate Danone…) affichent une solide croissance dans le pays, mais les entreprises industrielles ou des matières premières souffrent clairement de pressions sur les prix plus fortes et d’un net ralentissement de leur activité en volume », explique Aurel BGC.

Malgré tout, et quel que soit son niveau exact, la croissance chinoise reste élevée. « De par son poids dans l’économie mondiale et la volonté du gouvernement de développer la demande intérieure, ce rythme de croissance reste une opportunité pour de nombreuses entreprises dans le monde », relèvent Christian Parisot et Jean-Louis Mourier.

Parallèle entre Chine et Japon

Les deux économistes s’interrogent tout de même : « [si nous sommes] dans le cas d’un ralentissement conjoncturel de la croissance chinoise (…), les mesures de soutien du gouvernement militent pour un rebond de la croissance rapide. Mais, ne faut-il pas réviser à la baisse, durablement, nos projections de croissance en Chine ? Le PIB potentiel de la Chine n’est-il pas plus faible et nettement en deçà de l’objectif de 7% du gouvernement chinois ? Si oui, la croissance mondiale dans les prochaines années peut être revue sensiblement à la baisse ».

D’où cette idée de « japonisation » à venir de l’économie chinoise. Un parallèle est tracé par Aurel BGC entre le cas actuel de la Chine et celui du Japon dans les années 1980. Le Japon, extrêmement dynamique il y a une trentaine d’années, au point que son marché financier et son marché immobilier s’étaient envolés, était arrivé en bout de course à la fin des années 1980. Le pays avait alors connu une difficile période de croissance faible et de déflation tout au long des années 1990 (« décennie perdue »). On remarquera qu’actuellement, le même type de questions se pose en Chine, aussi bien sur la récente trajectoire de la bourse que sur celle des prix de l’immobilier, montés à des niveaux très élevés dans le pays ces dernières années.

La comparaison entre les deux pays est également soutenue par l’argument de la démographie. Avec la politique de l’enfant unique longtemps appliquée en Chine ces dernières années, la population chinoise a commencé à vieillir, comme cela a été le cas au cours des décennies au Japon. Or, le vieillissement démographique est, à long terme, un frein important à la croissance.

À lire aussi : l'interview de Nicolas Chéron (CMC Markets) : « La bulle boursière chinoise a logiquement éclaté »

X. Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.