Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Des investisseurs s'intéressent à la protection des travailleurs migrants du Golfe
Newsmanagers14/08/2020 à 11:30

(NEWSManagers.com) - Un groupe de 38 investisseurs institutionnels, majoritairement britanniques et aux encours totaux de 3.000 milliards de dollars, a écrit à 54 entreprises pour demander qu'elles leur détaillent leur approche concernant la protection des travailleurs migrants dans le Golfe Persique. Parmi les signataires de la lettre figurent entre autres Aviva Investors, Schroders, M&G, First Sentier (ex-First State) ou encore Church of England et le Brunel Pension Partnership.

Cette initiative menée par CCLA, qui gère les investissements d'organisations caritatives et religieuses au Royaume-Uni, se concentre sur les sociétés des secteurs de la constructions, du pétrole et du gaz ainsi que de l'hôtellerie. Un certain nombre de multinationales opérant dans les pays du Golfe ont reçu cette lettre dont Eiffage, Bouygues, Total, Royal Dutch Shell, McDonald's, Marriott, Hyatt, Hilton, Exxon, Samsung, Starbucks. Les investisseurs demandent également des comptes au gestionnaire américain alternatif Brookfield Asset Management sur le sujet.

Ils ont exprimé leurs inquiétudes vis-à-vis des pratiques de recrutement des travailleurs migrants dans cette partie du monde, notamment le paiement de commissions au coût exorbitant par les travailleurs migrants aux recruteurs et intermédiaires des agences de recrutement afin d'obtenir leurs emplois. Ces pratiques peuvent donner lieu à la rétention de passeports des personnes concernées et à des situations de servitude pour rembourser des dettes.

" Ne pas profiter de l'esclavage moderne"

Le groupe d'investisseurs relate que les travailleurs migrants forment environ la moitié de la population des nations du Golfe et jusqu'à 90% de sa force de travail. La pandémie de Covid-19 a aggravé la situation de ces travailleurs, indiquent-ils, en raison des suppressions d'emplois. " Cela a laissé beaucoup de travailleurs migrants avec des dettes importantes qu'il leur sera quasiment impossible de rembourser" , ajoute le groupe qui s'inquiète aussi d'une possible hausse des suicides ou d'autres dommages pour les travailleurs migrants du Golfe.

Le directeur général de CCLA, Peter Hugh Smith, a déclaré: " L'organisation internationale du travail considère le paiement de commissions de recrutement comme un indicateur significatif de travail forcé avec le facteur supplémentaire de servitude pour dette qui concerne la moitié des 25 millions de cas de travail forcé dans le monde. Un quart de ces victimes du travail forcé sont des travailleurs migrants. Nous avons un devoir moral en tant qu'investisseurs de ne pas profiter de l'esclavage moderne, et ce quel que soit sa forme. CCLA continuera d'encourager la communauté des investisseurs et les entreprises à faire plus pour mettre au jour et empêcher l'esclavage moderne."

Le responsable de l'investissement responsable d'Aviva Investors, Steve Waygood, a lui déclaré que l'esclavage moderne n'avait pas sa place dans l'économie mondiale d'aujourd'hui. Pour lui, les problématiques de droits humains ont un impact matériel sur la performance des entreprises et les investisseurs reconnaissent de plus en plus les coûts de long terme associés au mauvais traitement des travailleurs. " En tant qu'actionnaires, nous avons la responsabilité d'utiliser nos droits de vote pour promouvoir le changement positif" , a-t-il dit.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

31.11 -1.35%
1.18395 0.00%
4978.18 -1.22%
20.8 -0.48%
43.08 -0.42%

Les Risques en Bourse

Fermer