Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Dassault a un "plan B" en cas d'échec du projet d'avion de combat du futur-Trappier
Reuters05/03/2021 à 13:07

par Tim Hepher et Tangi Salaün

PARIS, 5 mars (Reuters) - Dassault Aviation AVMD.PA a un "plan B" en cas d'abandon du projet d'avion de combat du futur, qui fait l'objet d'âpres négociations entre la France, l'Allemagne et l'Espagne, a déclaré vendredi le PDG du constructeur aéronautique.

"Un chef d'entreprise a toujours en tête un plan B. Il fait tout pour la réussite du plan A, tout. Mais le jour où le plan A ne marche pas, il lui faut un plan B", a souligné Eric Trappier pendant une conférence de presse après la présentation des résultats financiers de Dassault.

"Je ne crois pas que le processus vital (du projet SCAF) est engagé mais je ne vais pas vous dire que le malade n'est pas dans un état difficile", a-t-il ajouté.

Eric Trappier a annoncé que Dassault avait accepté de réduire à 33% sa part globale dans le projet de Système de combat aérien du futur (SCAF), par "souci d'égalité" avec ses partenaires allemands et espagnols.

Paris et Berlin s'étaient entendus en 2019 sur un partage des tâches à 50%-50% entre Dassault, désigné maître d'oeuvre en raison de son expertise, et Airbus AIR.PA , qui représentait à l'époque la seule partie allemande.

Mais les négociations ont été rouvertes après l'arrivée de Madrid et de nouvelles exigences de Berlin, les discussions portant notamment sur le partage du travail et les droits de propriété intellectuelle, alors que les trois pays doivent s'entendre sur le financement d'un démonstrateur de l'appareil destiné à remplacer le Rafale à l'horizon 2040.

"ON Y CROIT ENCORE"

"Dassault a accepté qu'Airbus ait une part des deux-tiers parce qu'il représente à la fois l'Allemagne et l'Espagne", a déclaré Eric Trappier, en précisant que cela ne signifiait pas que ce partage devait s'appliquer de la même manière à tous les aspects du projet.

La France, qui est consciente de ne pas pouvoir assumer seule le coût financier exorbitant du SCAF, insiste notamment pour conserver le contrôle de la fabrication des commandes de vol, rappelant qu'Airbus a développé cette compétence dans ses usines à Toulouse, et non en Allemagne.

Le PDG de Dassault a reconnu que les négociations étaient difficiles mais il a dit avoir bon espoir qu'elles aboutissent.

"On y croit encore. On croit qu'on est encore capable d'y arriver", a assuré Eric Trappier, précisant ne pas vouloir se laisser enfermer dans un calendrier électoral, alors que l'actuel Bundestag allemand tiendra sa dernière session en juin avant des élections à l'automne.

Dans une tribune publiée lundi, le groupe de réflexion Mars, réunissant des experts de la défense, a appelé le gouvernement français à ne pas "persévérer dans l'erreur" en voulant à tout prix faire aboutir le projet du SCAF "si les revendications fantaisistes de Berlin devaient perdurer".

Une manière d'accentuer la pression politique sur Emmanuel Macron alors que le président français veut faire de la coopération avec l'Allemagne un pilier de la politique européenne de défense qu'il appelle de ses voeux.

Valeurs associées

Euronext Paris +0.82%
Euronext Paris +0.16%
Euronext Paris +0.10%
Sibe -1.07%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Vous avez accepté la pose de traceurs

Fermer

Vous avez refusé la pose de traceurs

Fermer