1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

CORRECTION-Facebook veut un traitement intermédiaire entre médias et télécoms
Reuters16/02/2020 à 10:40

 (Correction de la citation au 3e paragraphe)
    MUNICH, 15 février (Reuters) - Le contenu en ligne devrait
être soumis à une réglementation intermédiaire entre celle qui
régit les opérateurs télécoms et celle couvrant l'industrie des
médias, a déclaré samedi le PDG de Facebook  FB.O  Mark
Zuckerberg, lors d'une conférence sur la sécurité à Munich. 
    S'adressant à des chefs d'Etat et leurs responsables de la
sécurité, Mark Zuckerberg a fait savoir que Facebook s'était
amélioré concernant la lutte contre l'ingérence électorale en
ligne et s'est expliqué sur ses prises de position concernant la
réglementation des réseaux sociaux. 
    "Je pense qu'il devrait y avoir une réglementation
spécifique sur les contenus nuisibles (...) Il faut se poser la
question du cadre réglementaire que l'on utilise pour ça", a
déclaré le PDG de Facebook lors d'une session de
questions-réponses.
    "Il existe en ce moment deux cadres réglementaires - celui
des journaux et médias, et celui des opérateurs de télécoms.
Pour ce dernier, il est considéré que 'les données ne font
qu'être retransmises par vous'. Mais vous n'allez pas rendre un
opérateur de télécoms responsable si jamais quelqu'un tient des
propos préjudiciables à travers une ligne de téléphone". 
    "Je pense qu'il devrait y avoir quelque chose entre les
deux", a-t-il ajouté. 
    Facebook et les géants du numérique comme Twitter  TWTR.N 
ou Alphabet de Google  GOOGL.O  sont soumis à une pression de
plus en plus forte pour mieux combattre les Etats et groupes
politiques qui utilisent leurs plates-formes dans le but de
faire circuler rumeurs et fausses informations. 
    Mark Zuckerberg dit employer plus de 35.000 personnes pour
examiner le contenu en ligne et faire appliquer les règles de
sécurité. 
    Facebook suspend plus d'un million de faux profils par jour,
ajoute-t-il, en précisant que la plupart d'entre eux sont
détectés quelques minutes après leur création. 
    "Notre budget est plus important aujourd'hui que les revenus
que nous engrangions lorsque l'entreprise est entrée en bourse
en 2012, quand nous avions un milliard d'utilisateurs", a-t-il
dit. "Je suis fier de nos résultats, mais nous resterons
vigilants". 

 (Jack Stubbs and Paul Carrel, version française Caroline
Pailliez, édité par Jean-Michel Bélot)
 

Valeurs associées

NASDAQ -2.53%
NASDAQ -2.18%
NYSE +0.26%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer