Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Coronavirus-L'UE doit se préparer pour la quatrième dose de vaccin, si nécessaire-Kyriakides
information fournie par Reuters21/01/2022 à 16:29

par Francesco Guarascio

BRUXELLES, 21 janvier (Reuters) - La commissaire européenne à la Santé a demandé vendredi aux ministres de la Santé de l'Union européenne de se préparer à une nouvelle campagne de vaccination pour une quatrième dose contre le COVID-19, dès que les données médicales en montreront la nécessité.

L'Agence européenne des médicaments a jugé cette semaine qu'il serait raisonnable d'administrer une quatrième dose aux personnes dont le système immunitaire est gravement affaibli, mais que des données supplémentaires étaient nécessaires.

"Si nous obtenons des données concluantes sur la nécessité d'administrer une quatrième dose, nous devons être prêts à agir", a dit Stella Kyriakides aux ministres de Santé lors d'une vidéoconférence, selon le texte de son intervention obtenu par Reuters.

La réunion, organisée à bref délai par le gouvernement français, qui assure la présidence de l'UE, a porté sur la nécessité d'une quatrième dose de vaccin et sur l'adaptation des vaccins contre les variants.

Dans un tweet publié après la réunion, Stella Kyriakides a souligné que la priorité devait être la vaccination des personnes qui ne sont toujours pas vaccinées, soit environ un quart de la population de l'UE.

La Hongrie a déjà décidé d'administrer une quatrième dose de vaccin pour l'ensemble de sa population après avis médical, tandis que le Danemark l'a proposé aux personnes les plus vulnérables.

L'Agence de santé publique suédoise a dit pour sa part vendredi que les personnes dont le système immunitaire est affaibli devraient recevoir une quatrième injection trois à quatre mois après le premier rappel.

Israël a été le premier pays à administrer la quatrième dose de vaccin en décembre dernier, bien que les résultats préliminaires indiquent que l'injection n'ait pas suffi à prévenir les infections au variant Omicron.

Les ministres ont également discuté de la coordination d'autres politiques, y compris d'éventuels nouveaux achats conjoints, car, selon la présidence française, "des vaccins adaptés aux variants vont bientôt arriver".

"Il est clair que la priorité doit être donnée à une nouvelle génération de vaccins efficaces contre plusieurs variants et, idéalement, protégeant contre l'infection", a dit la commissaire aux ministres.

(Reportage Francesco Guarascio, version française Diana Mandiá, édité par Sophie Louet)

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.