1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Corée du Sud - Trente ans de prison requis contre Park

Reuters27/02/2018 à 08:06
 (actualisé avec déclarations, contexte) 
    SEOUL, 27 février (Reuters) - Le parquet sud-coréen a requis 
mardi une peine de 30 ans d'emprisonnement contre l'ancienne 
présidente Park Geun-hye, évincée l'an dernier après un scandale 
de trafic d'influence qui a secoué l'économie et l'élite 
politicienne du pays. 
    Agée de 66 ans, Park, qui a été destituée en mars 2017, est 
accusée de corruption, abus de pouvoir et coercition. Elle nie 
toute malversation.  
    Les procureurs réclament aussi une amende de 118,5 milliards 
de wons, l'équivalent de 127 millions de dollars. 
    Son amie et confidente Choi Soon-sil, au centre du scandale, 
a été condamnée il y a deux semaines à 20 ans de prison pour 
avoir perçu des commissions occultes versées par des 
conglomérats sud-coréens, dont les groupes Samsung et Lotte. 
  
    Dans son réquisitoire, le procureur a accusé l'ex-présidente 
d'avoir "déclenché une crise nationale en laissant une personne 
qui n'avait jamais été impliquée dans la gestion publique 
diriger le pays". 
    "Choi et elle ont touché des dizaines de milliards de wons 
de pots-de-vin et elle a pourtant nié ses crimes et fait 
obstruction aux efforts visant à établir la vérité", a-t-il 
ajouté. 
    L'avocat de Park a plaidé la clémence, soulignant que sa 
cliente avait travaillé "nuit et jour" durant son mandat écourté 
de présidente. 
    Le procès de l'ex-présidente s'est ouvert en mai de l'année 
dernière. Le verdict devrait être connu avant avril. 
 
 (Hyonhee Shin et Christine Kim 
Jean Terzian et Henri-Pierre André pour le service français) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer