Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

COP21 : "À quoi sert la taxe sur les transactions financières ?" (Cercle des économistes)

Boursorama30/11/2015 à 10:22

La Taxe sur les Transactions Financière revient au coeur de l'actualité dans le cadre de l'ouverture de la COP21 à Paris.

La COP21 qui vient de s’ouvrir à Paris vise à trouver un accord mondial sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre. De nombreux outils sont sur la table, dont la taxe sur les transactions financières. Valérie Mignon explique les difficultés de mettre en place la TTFE.

La question est doublement d’actualité. Au niveau français, tout d’abord, puisqu’il s’agit d’étendre la taxe instaurée en 2012 aux transactions intra-quotidiennes, le but affiché étant d’accroître l’aide au développement pour financer l’adaptation au changement climatique. Au niveau européen, ensuite, puisque la COP21 est l’occasion de faire aboutir le projet d’une taxe européenne sur les transactions financières (TTFE).

La TTFE fait l’objet de très vifs débats. Parmi les craintes, figurent l’impact négatif sur la croissance et la compétitivité, la destruction d’emplois qualifiés, la question du financement de l’économie et les délocalisations. Les praticiens soulignent que la TTFE sera largement contournée avec un déplacement des transactions en dehors des onze pays signataires, entrainant une réduction de l’assiette et donc des recettes fiscales.

Certaines grandes places financières européennes (Londres notamment) n’étant pas soumises à la TTFE, le risque est celui d’un coup fatal porté aux Bourses des pays signataires. La délocalisation des transactions s’accompagnerait en outre d’importantes pertes d’emplois dans le secteur, particulièrement important en France, de la gestion d’actifs. Quel est l’objectif ? Est-il de limiter la spéculation et la volatilité ? Est-il de lever des fonds ? Dans quel but ?

Pour les uns, en décourageant la spéculation, la TTFE permet de réduire l’instabilité sur les marchés ; pour les autres, elle accroîtrait au contraire la volatilité en réduisant la liquidité. Les études montrent que la TTFE tend certes à jouer négativement sur les volumes, mais n’a pas d’impact sur la volatilité. Cela n’est pas si surprenant si l’on admet que le taux d’imposition réel reste relativement bas et le taux d’exemption élevé, ce qui n’est pas de nature à empêcher les marchés d’être volatils et en proie aux surréactions.

En vue de la COP21, l’objectif affiché de la TTFE pour plusieurs des onze pays signataires est d’utiliser les recettes pour lutter contre le réchauffement climatique et les grandes pandémies. Pour d’autres, il s’agit de reverser les recettes aux pays qui la mettent en œuvre, afin d’accroître leurs propres recettes fiscales. Au total, alors qu’un même objectif prioritaire – lever des fonds – est poursuivi, de vives discordances existent quant à la redistribution des recettes et rien ne certifie qu’elles seront majoritairement dédiées aux questions environnementales.

Les enseignements tirés du cas français — difficulté à collecter la taxe à l’étranger et recettes inférieures à celles espérées du fait de la baisse des volumes de transaction — mériteraient d’être pris en compte de façon approfondie dans la réflexion sur la TTFE. Enfin, du fait de la financiarisation croissante des marchés de matières premières, un report des transactions sur ces marchés n’est pas à exclure. Si tel était le cas, l’impact négatif sur les pays en développement pourrait être conséquent.

Valérie Mignon

Professeur d’économie à l’Université Paris Ouest, Valérie Mignon est également directrice d’EconomiX et conseillère scientifique au CEPII (Centre d’Etudes Prospectives et d’Informations Internationales).

Le Cercle des économistes a été créé en 1992 avec pour objectif ambitieux de nourrir le débat économique. Grâce à la diversité des opinions de ses 30 membres, tous universitaires assurant ou ayant assuré des fonctions publiques ou privées, le Cercle des économistes est aujourd’hui un acteur reconnu du monde économique. Le succès de l’initiative repose sur une conviction commune : l’importance d’un débat ouvert, attentif aux faits et à la rigueur des analyses. Retrouvez tous les rendez-vous du Cercle des économistes sur leur site.

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.