Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

CGG : Kepler Cheuvreux dégrade à "Conserver"
information fournie par AOF 17/01/2024 à 10:50

(AOF) - CGG est lanterne rouge au sein de l'indice SBF 120 perdant 15,63% à 0,43 euro. Cette forte chute fait suite à l'abaissement de sa recommandation par Kepler Cheuvreux. Le bureau d'études passe d"Acheter" à "Conserver" sur le titre du groupe de services parapétroliers en réduisant son objectif de cours de 1,50 à 0,70 euro dans le cadre d'une étude sectorielle. Il a adopté un point de vue moins constructif sur les prix du pétrole, en réduisant ses estimations pour le Brent en 2024 et 2025. Il a également revu à la baisse ses hypothèses de prix du gaz naturel européen à long terme.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points clés

- Leader mondial des technologie et calcul scientifique de haute performance en géosciences ;

- Chiffre d'affaires de 949 M$ provenant à 80 % de la branche Géoscience et le reste des divisions Multi-clients et équipements;

- Modèle d'affaires « People, data, technology » : pérennité du groupe par un autofinancement positif quelles que soient les conditions du marché grâce à l’« asset-light », renforement dans les activités à forte génération d’autofinancement, équilibre du bilan et des disponibilités et diversification dans la transition énergétique ;

- Capital éclaté, Sophie Zurquiyah étant directrice générale et Philippe Salle président du conseil d'administration de 11 membres ;

- Bilan tendu avec, à fin mars, 2 Md$ de capitaux employés face à une dette nette, à la note relevée en avril, de 994M$ donnant un effet de levier de 2,4 et 301 M$ de liquidités.

Enjeux

- Stratégie 2025 de transformation en une compagnie de technologie, avec des positions de leader en image des sous-sols, en cloud, en exploitation des data, en capteurs et en systèmes d’acquisition : croissance annuelle des revenus de 13 % ; chiffre d’affaires réparti entre le monitoring & l’observation pour 37 %, la science numérique pour 35 % et la transition énergétique;

- Stratégie d'innovation à la source de 30 % du chiffre d'affaires annuel

- dopée par une R&D pesant 6,2% du chiffre d’affaires, dotée d’un portefeuille de près de 1 000 brevets et,focalisée sur la puissance de calcul et la qualité des images,

- fondée sur une bibliothèque Earth Data d’une valeur comptable de 291 M$ ;

- Stratégie environnementale avec 2 dates butoir, 2030 et 2050 : réduction de 50 % des émissions de CO2 (vs 2020) puis neutralité totale / hausse du taux d’emploi des énergies renouvelables à 50 % puis 100 (vs 30 % en 2020) / efficacité de l’utilisation énergétique / lancement de facilités de crédits alignées sur des critères ESG ;

- Renforcement de la division monitoring & observation par l’acquisition de Geocamp et de l’activité logiciels d’ION ;

- Retour des investissements dans le « Beyond the core » (HPC & Cloud solutions, Data Hub, capacités de calcul, partenariats dans l’hydrogène et la décarbonation), visant une part de 25 % des revenus d’ici 2030 : accélération de l’IA générative pour les solutions HPC et Cloud et s uccès des solutions de surveillance de structures aux Etats-Unis et entrée dans le secteur de la santé.

Défis

- Sensibilité de l’activité aux explorations d’huile&gaz et de la valorisation boursière à l’évolution des taux d’intérêt ;

- Après une hausse de 37 % du chiffre d’affaires et une perte nette réduite à 16 M$ à fin mars, perspectives 2023 : croissance de la demande en Géoscience et Earth data, activité terrestre soutenue, d’où une hausse de 15 à 20 % du chiffre d’affaires et une marge opérationnelle de 39 à 41% ;

- Suppression du dividende.

En savoir plus sur le secteur "pétrole et parapétrolier"

Le biogaz pour verdir les activités

Obtenu grâce à la décomposition des déchets, il entre dans la catégorie des énergies vertes. Il s'inscrit dans la stratégie de nombreux pays, notamment en Europe, de réduire leur dépendance aux importations d'hydrocarbures. Les groupes pétroliers ont de fortes ambitions dans le domaine, comme le révèlent deux opérations récentes. Le britannique BP a repris l'américain Archaea Energy pour 4,1 milliards de dollars. Puis, l'anglo-néerlandais, Shell, a annoncé l'acquisition du danois Nature Energy pour 2 milliards de dollars. Ces opérations affichent des niveaux de valorisation élevés, soulignant le fort potentiel du secteur. TotalEnergies avait déjà pris, en 2018, une participation dans l'américain Clean Energy Fuels Corp, dont il détient aujourd'hui 19%. Il s'est récemment allié avec Veolia pour valoriser le biométhane issu des installations de traitement des déchets.

Valeurs associées

CGG
Euronext Paris +0.44%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 17/01/2024 à 10:50:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

2 commentaires

  • 17 janvier 11:43

    Ils attendent cette chute du cours pour changer leur fusil d'épaule!


Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.