Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Candriam fait évoluer son modèle d' analyse des souverains
information fournie par Newsmanagers23/02/2021 à 10:15

(NEWSManagers.com) - Candriam fait évoluer son modèle d' analyse des émetteurs souverains. Présenté pour la première fois en 2017, il permet de noter chaque pays pour établir un classement mondial. Le changement le plus important consiste à passer d' un modèle dans lequel les quatre types de capital (Capital Humain, Capital Social, Capital Economique et Capital Naturel) sont évalués au même niveau, à un modèle qui fait du Capital Naturel un multiplicateur déterminant pour les trois autres formes de capital, désormais interdépendants.

Candriam estime en effet que l' impact environnemental que l' humanité subira lors des des dix prochaines années est déjà, en grande partie, prédéterminé par les activités économiques passées et actuelles. La recherche des équipes de la société de gestion a démontré que " si les pays peu performants en matière environnementale continuent d' épuiser de grandes quantités de ressources naturelles, qui composent notamment le Capital Naturel, ils subiront à terme des impacts négatifs sur les quatre types de capital – impliquant des conséquences sociales, économiques et environnementales dramatiques " .

Par exemple, s'agissant de la déforestation, les modifications dans l' utilisation des sols et la destruction des habitats contribuent à la dégradation des écosystèmes et accentuent le changement climatique. Elles aggravent les catastrophes naturelles, qui, à leur tour, ont un impact économique.

La Norvège et les Pays-Bas chutent dans le classement

Le changement de méthodologie en 2020 a bouleversé le classement des pays. La Suisse conserve toutefois sa place de numéro un. Le pays obtient à nouveau des scores très élevés sur les quatre types de capital, notamment le Capital Naturel. Il est suivi de près par la Suède (au 2ème rang), le Danemark (3ème) et la Finlande (4ème).

En revanche, l' Australie est descendu dans le classement à la 28ème place. Le pays a souffert du faible score obtenu sur la dimension Capital Naturel, principalement en raison de son empreinte carbone très élevée. " L' Australie affiche en effet l' une des pires tendances au monde en matière d' émissions de gaz à effet de serre, mais également dans l' utilisation des ressources naturelles. Elle dépend bien plus des activités minières et des exportations d' hydrocarbures que les autres pays de sa catégorie " , précise Candriam.

La Norvège (15ème) et les Pays-Bas (12ème) ont également vu leurs classements chuter : chacun ayant perdu 8 places au classement global. Les scores obtenus par la Norvège ont surtout été impactés par les exportations de pétrole et de gaz. Pour les Pays-Bas, le pays souffre de la part toujours élevée des énergies fossiles dans sa production d' énergie, comparée aux pays de sa catégorie, ainsi que de sa forte exposition au changement climatique et à l' élévation du niveau de la mer. Un rythme de transition énergétique plus lent a ainsi entraîné de nombreuses conséquences.

Parmi les pays développés, l' Irlande et la Lituanie ont remonté dans le classement grâce à la plus grande importance accordée au pilier du capital naturel.

La France se classe 6ème du classement avec une note globale de 84. Elle est suivie du Luxembourg et précédée par l' Autriche. Avec un score de 98% pour le Capital Naturel, l'Hexagone se situe dans la moyenne des 10 premiers pays du classement, grâce notamment à des critères comme la réglementation environnementale et la préservation. C' est le Capital Social (85%) qui pénalise le plus la France au classement général. Il est composé notamment du niveau de mise en œuvre des processus démocratiques, de corruption et de sécurité.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.