Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Bourse : 4 raisons qui indiquent que le rebond technique est terminé...
information fournie par Le Cercle des analystes indépendants07/05/2020 à 09:15

Eric Galiègue
Eric Galiègue

Eric Galiègue

Valquant Expertyse

Président

Nous anticipons une baisse des marchés d'actions au mois de mai, car le rebond technique s'achève. Nous avançons quatre arguments.

Le premier est d'ordre technique. Le rebond fut aussi puissant que la baisse fut rapide. Plus un ballon tombe de haut, plus il rebondit. Ce principe s'applique aux marchés financiers : la hausse de plus de 20% sur les plus bas du 18 mars n'a rien d'extraordinaire. De plus, les volumes de transactions se sont réduits pendant le rebond, relativement à ce qu'ils étaient dans la chute qui l'a précédée. C'est un argument important pour considérer que ce rebond ne tiendra pas.

Source : Factset et VALQUANT EXPERTYSE

Source : Factset et VALQUANT EXPERTYSE

Le second argument est fondamental, et relatif à l'évolution des bénéfices. Les analystes financiers ont revu en forte baisse leurs anticipations de bénéfices, pour intégrer la contraction inédite du PIB et donc de l'activité des entreprises. Ils ont dégradé de -16% (USA) à -26% (Europe) l'indice du bénéfice prospectif depuis un an.

Source : Factset et VALQUANT EXPERTYSE

Source : Factset et VALQUANT EXPERTYSE

>p>Si on considère les anticipations de bénéfice des entreprises du CAC 40 pour les années futures, et donc « oublier » 2020, il apparait que les bénéfices anticipés ne retrouveront leur niveau pré crise de 2019, qu'en 2022.

Source : Factset et VALQUANT EXPERTYSE

Source : Factset et VALQUANT EXPERTYSE

Cela parait bien loin pour soutenir la tendance boursière actuelle…

Le troisième argument est relatif à la psychologie des marchés et aux actualités (« news flow ») qui vont rester anxiogènes. En effet, L'actualité des marchés a bénéficié pendant la crise et jusque maintenant, des annonces de mesures très fortes prises par les banques centrales et les gouvernements. Ces mesures appropriées permettent  de sauvegarder l'essentiel. Mais désormais les marchés ne peuvent plus compter sur de nouvelles annonces favorables de la part des banques centrales et des gouvernements Il se retrouve face à la réalité de la contraction d'activité et des incertitudes encore majeures sur le développement de la crise sanitaire. Même si l'état d'hyper liquidité s'est fortement accru et est de nature permanente, la psychologie des acteurs du marché en profitera moins, désormais. De ce point de vue, l'avenir est plus sombre ; en termes de « news flow », on ne peut plus attendre grand-chose de la part des banques centrales et les Etats…En tous cas elles ne surprendront plus les investisseurs.

Le quatrième argument est relatif à l'évaluation. Il apparait qu'après un rebond de plus de 20%, les actions ne sont plus dans un état de sous évaluation manifeste. On ne peut donc pas aujourd'hui « profiter des soldes ». L'évaluation théorique est toujours difficile à mettre en œuvre, mais nous considérons que la crise actuelle réduit la croissance à moyen terme et augmente le risque, ce qui a pour effet de réduire les rations d'évaluation par rapport à leur niveau historique. Or, actuellement, le PER est proche de sa moyenne calculée sur les 10 dernières années. Par ailleurs, l'évaluation comportementale se fonde sur les ratios historiques appliqués aux grandeurs financières anticipées actuellement. Elle a le défaut de dépendre beaucoup de ces prévisions, qui sont actuellement révisées en forte baisse… Mais si on se base sur les anticipations de bénéfice et d'actif net pour 2022, on détermine une évaluation, ou plutôt un « cours objectif » de l'ordre de 4 900 points pour le CAC 40.

Source : Factset et VALQUANT EXPERTYSE

Source : Factset et VALQUANT EXPERTYSE

Par rapport à un cours de 4 500 points environ, ce potentiel de hausse sur 18 mois nous semble d'autant plus limité que la prévision est sujette à caution, au moment les analystes financiers continuent à réviser en forte baisse leurs anticipations de bénéfice….

22 commentaires

  • 07 janvier10:39

    Quel métier d'etre analyste....En mai 2020 vous annoncez que le rebond est terminé ! 8 mois plus tard, vous publier aujourd'hui qu'il faut continuer a profiter de la hausse financière !!!Si c'est pour nous annoncer le temps qu'il a fait la veille ... je sais faire aussi


Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.