1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Areva se renomme Orano pour prendre un nouveau départ

Reuters23/01/2018 à 11:24

AREVA DEVIENT ORANO

PARIS (Reuters) - Areva, désormais recentré sur le cycle du combustible nucléaire, s'est renommé mardi Orano, le groupe public cherchant ainsi à prendre un nouveau départ après des années de graves difficultés financières et industrielles.

Orano couvre les activités mines, conversion-enrichissement, recyclage des combustibles nucléaires usés, logistique, démantèlement et ingénierie, a rappelé le groupe dans un communiqué.

Créée en 2001 avec la fusion de la Cogema (cycle de l'uranium) et de Framatome (conception des réacteurs nucléaires), Areva a accumulé les déboires ces dernières années, subissant des marchés en berne, les retards et surcoûts de son projet d'EPR finlandais (OL3), le fiasco du rachat de la société minière Uramin ou encore les défauts de contrôle de la qualité de son usine du Creusot (Saône-et-Loire).

La société a ainsi dû mettre en oeuvre un plan de sauvetage sous l'égide du gouvernement, qui s'est traduit par des départs massifs, un renflouement par l'Etat français à hauteur de 4,5 milliards d'euros et la vente de son activité de réacteurs nucléaires à EDF.

Cette dernière, qui a de son côté repris le nom de Framatome en janvier, conçoit en particulier le réacteur de nouvelle génération EPR, dont six unités sont en construction ou en projet dans le monde, notamment deux à Hinkley Point, en Grande-Bretagne.

L'Etat français détient aujourd'hui 100% de l'ex-Areva, retiré de la cote l'été dernier après le rachat des parts détenues par les actionnaires minoritaires tels que le Koweït, EDF ou Total.

Une dernière augmentation de capital de 500 millions d'euros dans le cadre du sauvetage, à laquelle les japonais MHI et JNFL souscriront pour prendre 10% d'Orano, est par ailleurs prévue pour ce début d'année.

Le nom d'Areva ne subsistera que sous la forme d'Areva SA, la structure de défaisance gérant les risques liés à la construction d'OL3 ainsi que ceux liés à des irrégularités constatées au Creusot.

(Jean-Michel Bélot et Benjamin Mallet, édité par Matthieu Protard)

Valeurs associées

11 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • MM57975
    23 janvier15:07

    ou ORANGINA, mais pas de chance, déjà pris

    Signaler un abus

  • remimar3
    23 janvier12:46

    Ils auraient pu choisir Cogema vu qu’Areva s’est approprié son trésor de guerre pour le dilapider ensuite dans des projets mal maîtrisés.

    Signaler un abus

  • ALDOIAM
    23 janvier12:30

    le grand enfumage ...

    Signaler un abus

  • ppsoft
    23 janvier12:08

    La pillule va être dure à avaler : http://www.mims.com/thailand/drug/info/orano

    Signaler un abus

  • MM57975
    23 janvier11:58

    Et pourquoi pas "Lauverano", au nom du devoir de mémoire (au fait qu'est ce qu'elle massacre en ce moment ?)

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer