1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

« Après l'OPEP, quel véritable prix pour l'énergie? »

Le Cercle des économistes05/12/2016 à 12:16

« Après l'OPEP, quel véritable prix pour l'énergie? »

L’accord intervenu lors de la dernière réunion des pays membres de l’OPEP a été qualifié d’historique. Reste à savoir si cet accord aura des effets concrets, quand il sera réellement appliqué. Jean-Marie Chevalier explique pourquoi l’évolution des prix du pétrole va rester incertaine.

 

La conférence de l’OPEP du 30 novembre a, semble-t-il, confirmé la volonté exprimée à Alger en septembre pour réduire la production des pays membres de l’organisation et faire remonter les prix. Rappelons que les prix actuels (de 40 à 50 dollars par baril) sont très insuffisants pour couvrir les besoins budgétaires des principaux pays producteurs-exportateurs : c’est dramatique pour le Venezuela, l’Algérie, le Nigeria, l’Iran, la Russie mais c’est aussi insuffisant pour l’Arabie Saoudite ou le Koweït. A Alger, les pays de l’OPEP ont voulu associer à leur action la Russie, deuxième producteur mondial.

 

Suite à la conférence du 30 novembre, la production de l’OPEP et de la Russie pourrait être réduite de 1,5 million de barils/jour à partir de janvier 2017 (pour une production mondiale d’environ 95 millions de barils/jour). Cette réduction serait principalement supportée par l’Arabie Saoudite (0,5) et la Russie (0,3). Quelle répercussion cette réduction pourrait-elle avoir sur les prix ? Pour répondre à cette question, il faut tenir compte de la profonde transformation du marché pétrolier international depuis la montée du pétrole de schiste américain.

 

Les Etats-Unis qui importaient massivement du pétrole brut sont devenus en quelques années le premier producteur mondial de brut, devant la Russie et l’Arabie Saoudite et le premier exportateur mondial de produits raffinés. C’est un changement majeur car la production américaine est entre les mains de plusieurs centaines de compagnies et elle ne peut pas être régulée.

 

Si la décision de l’OPEP a pour effet une augmentation des prix, cette augmentation pourrait avoir pour effet de pousser la production américaine, donc de mettre une pression à la baisse des prix… Cette question pose le problème de la dépendance de l’industrie pétrolière américaine par rapport au prix international du pétrole brut. On a vu que la stratégie des prix bas menée par l’Arabie Saoudite n’a pas découragé la production américaine. On ne sait guère ce que peuvent entraîner des prix plus élevés.

 

La conférence de l’OPEP marque un tournant dans l’histoire des prix du pétrole. L’OPEP n’est plus en mesure de fixer le prix. Les prix bas de ces derniers mois font souffrir de nombreux  pays producteurs et ils ont entraîné une chute importante des grands investissements pétroliers. Ceci entraînera un nouveau déséquilibre entre l’offre et la demande et une augmentation très substantielle des prix, même si l’on a du mal à en déterminer la date.

 

La question du « véritable prix de l’énergie » est finalement une question inappropriée. Le prix du pétrole reste encore le prix directeur de l’énergie : il influence le prix du gaz naturel et aussi celui du charbon. Il est directeur car ces trois sources d’énergie comptent pour plus de 80 pour cent dans l’alimentation énergétique de la planète. Ce prix fluctue maintenant en fonction d’un équilibre volatil entre l’offre et la demande.

 

Ces deux variables sont elles-mêmes dépendantes de facteurs géopolitiques, économiques, financiers et technologiques. Par ailleurs, les interconnexions (et interdépendances) entre le marché du pétrole brut et les marchés des produits raffinés jouent un rôle majeur d’accélération ou de freinage. L’évolution du prix du pétrole appartient finalement à la gamme très large des incertitudes qui entoure le fonctionnement et l’évolution de nos systèmes énergétiques.

 

Jean-Marie Chevalier est membre du Cercle des économistes et Professeur émérite à l’Université Paris-Dauphine

Valeurs associées

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M6362897
    05 décembre21:34

    on arrive a modeliser la meteo... c est autrement plus complique que le petrole ou la faillite des etats... et personne ne le fait... ou alors ils le font (goldmann sach...) et donnent des informations contraire pour tirer leur epingle du jeu...c est pueril... mais c est la bourse... la courbe du petrole sur 10 ans est tres tres proche de la courbe euro/dollars... l euro va chuter face au dollar... on peut penser que le petrole fera de meme..

    Signaler un abus

  • tchazard
    05 décembre15:40

    le baril le seul secteur où le cartel peut faire entente sur les prix sans amendes de l 'OIMC , consternant pour les consommateurs

    Signaler un abus

  • flexmoul
    05 décembre14:45

    Et le peak-oil ? Et les renouvelables ?Bon bon Ok, assez rigolé.The Death of Money. Jim Rickards

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

1.14505 -0.02%
13382.97 -0.20%
3.26 -12.60%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.