Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Apple et les Gafam superstars
Le Cercle des analystes indépendants06/05/2021 à 15:15

Eric Galiègue
Eric Galiègue

Eric Galiègue

Valquant Expertyse

Président

Pour produire la croissance du bénéfice par action, et donc pour maximiser leurs cours de Bourse, les entreprises disposent essentiellement de trois leviers : augmenter le chiffre d'affaires, accroitre la marge nette, ou racheter leurs propres actions pour les annuler.

La hausse du chiffre d'affaires, c'est la conquête de nouveaux clients, le développement de la base installée. C'est la compétitivité de l'offre même de l'entreprise qui contribuent à la hausse des ventes et de son fonds de commerce. C'est le cœur même de l'entreprise, ses richesses profondes qui lui permettent de convaincre de nouveaux clients et de leur vendre des produits ou services. C'est la fonction commerciale qui est à l'œuvre pour transformer en ventes et en monnaie sonnante et trébuchante. La hausse de la marge est générée par l'efficacité de l'entreprise et de ses gestionnaires. Pour l'obtenir, l'entreprise doit optimiser son système d'information et de gestion, et mettre en œuvre des mesures de réduction de cout ou des arbitrages au sein de son portefeuille de produits.

Le rachat d'actions par l'entreprise constitue le dernier levier qui lui permet d'augmenter son bénéfice par action, de la manière la plus simple qui soit, tout simplement en organisant la rareté de l'action. La destruction d'action permet ainsi de réduire le dénominateur plus que numérateur, ce qui a pour effet d'augmenter le bénéfice par action. Cette fois ci, c'est le financier qui est à l'œuvre. Ainsi, les trois manières d'augmenter le bénéfice par action et son le cours reviennent au vendeur, au gestionnaire et au financier : les trois fonctions essentielles de l'entreprise sont à la manœuvre. Habituellement, c'est en début de vie que l'entreprise conquiert ses clients et son fonds de commerce.

Des performances financières stupéfiantes

En début de vie de l'entreprise, l'essentiel est de gagner des clients et des parts de marché : la hausse des ventes se fait habituellement sans soucis de la rentabilité des affaires. On sacrifie la marge à l'accroissement des ventes. La fonction commerciale prime les autres fonctions de l'entreprise. La Bourse a bien compris l'importance de cette première étape de la vie des entreprises, en valorisant fortement des entreprises en perte, mais en fort gain de chiffres d'affaires. L'exemple emblématique en la matière est Amazon.

Dans une seconde étape de la vie de l'entreprise, c'est le gestionnaire qui cette fois ci intervient, lorsque la base de clientèle installée est jugée suffisante. L'effort est porté sur les gains d'efficacité interne qui permettent et pérennisent la baisse des couts et donc la hausse des marges. Toute entreprise bien gérée est en recherche permanente d'une meilleure efficacité, qui se transforme en marge nette.

Enfin, les rachats d'actions pour annulation ne sont habituellement possibles que lorsque l'entreprise a atteint une certaine taille économique et dispose d'une assise financière suffisante. Cela lui permet si les conditions financières lui permettent, de créer un phénomène de relution, d'augmentation du bénéfice par action via une baisse du nombre d'actions plus importante que la baisse du bénéfice induite par la destruction des fonds propres.

Pour résumer, on pourrait dire que la vie de l'entreprise se déroule en trois phases : la conquête de clients et de chiffre d'affaires (c'est la jeunesse), la montée en puissance de la marge nette, (c'est l'âge adulte), et les rachats d'actions, (c'est la maturité). Ces trois moteurs de la hausse du bénéfice par action se combinent rarement, car on ne peut être à la fois jeune, adulte, et mature. Pourtant, des entreprises arrivent à associer ces trois moteurs : les Gafam. La publication de leurs performances financières des trois derniers mois est à ce titre stupéfiante.

Au cours du premier trimestre 2020, les ventes cumulées des Gafam ont progressé de 18% (à 277,2Mds$), la marge nette moyenne a atteint 27,3% contre 20,8%, et les rachats d'actions des Gafam depuis un an ont dépassé 170 Mds$. Ces rachats d'actions expliquent une croissance du BPA sensiblement plus importante que la croissance du bénéfice lui-même. Il est ainsi possible de décomposer la croissance de 22,2% du BPA d'Apple en effet croissance des ventes (+10%), effet croissance des marges (+7%) et effet rachats d'actions (+5%).

Rappelons-le, ces performances ne sont pas celles d'une start-up du Nasdaq, mais de la plus grande société au monde, par la taille de sa capitalisation boursière (2.240 Mds$, soit 20% de plus que la totalité de la capitalisation des actions qui composent le CAC 40, 1.763 Mds$) ...

Evolution comparée de la capitalisation boursière du CAC 40 et d'Apple depuis dix ans. (source : Factset et Valquant Expertyse)

Evolution comparée de la capitalisation boursière du CAC 40 et d'Apple depuis dix ans. (source : Factset et Valquant Expertyse)

Valeurs associées

NASDAQ +1.41%
NASDAQ -0.94%
NASDAQ +0.80%
NASDAQ +0.71%
NASDAQ +1.23%

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • heimdal
    06 mai08:05

    Oui mais ils ne sont pas aux 35 heures avec des salaires de rapias et 25 % de ponction sociale obligatoire chez Apple

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer