Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

ANALYSE-La diplomatie "inédite" de Macron à la peine en Syrie
Reuters13/03/2018 à 18:33

    * La Russie reste sourde aux appels du président français
    * Une "realpolitik" sans résultats tangibles pour l'heure
    * "On est obligé d'agir", dit-on à l'Elysée
    * Un ancien diplomate évoque une "gesticulation"

    par John Irish
    PARIS, 13 mars (Reuters) - Emmanuel Macron défend une
politique d'action "inédite" sur le conflit syrien, multipliant
les initiatives et les contacts depuis son élection en mai 2017,
mais cette doctrine diplomatique nourrie de "realpolitik" échoue
pour l'heure à porter ses fruits, observent diplomates et
analystes.
    Depuis le début de l'offensive des forces gouvernementales
syriennes contre l'enclave rebelle de la Ghouta orientale, le
président français enchaîne les contacts téléphoniques avec
Vladimir Poutine, Donald Trump, son homologue iranien Hassan
Rohani, fidèle à son refus de "la diplomatie du mégaphone" au
profit de paroles "fortes" et "directes", "sans connivence".
Sans résultat tangible à ce jour.
    Michel Duclos, ancien ambassadeur de France en Syrie et
aujourd'hui conseiller à l'Institut Montaigne, évoque "une
diplomatie de la gesticulation".
    "Le changement de langage sur Bachar al Assad, la
disponibilité à parler avec la Russie, la volonté de rompre avec
un discours trop orienté sur les valeurs, tout ça pour l'instant
n'a pas permis de remettre la France dans le jeu, selon
l'expression consacrée", estime-t-il.
    Un haut responsable iranien regrette : "Macron veut faire la
course en tête. Il est énergique, dynamique, et il s'est
engouffré dans la brèche ouverte par l'absence de l'Allemagne et
du Royaume-Uni et l'imprévisibilité de Trump, mais son discours
est erratique".
    La France n'a de cesse d'appeler à la mise en oeuvre de la
résolution 2401 du Conseil de sécurité des Nations unies en    
vue d'"une cessation immédiate des hostilités d'au moins trente
jours" et un accès humanitaire sûr à la Ghouta, exhortant la
Russie, alliée indéfectible de Bachar al Assad avec l'Iran, à
faire pression sur le régime syrien. Là encore, sans succès.
    
    "LIGNES ROUGES"
    Emmanuel Macron a fait valoir lundi que la Russie avait voté
ce texte en février sous la "pression de la France" et que cette
dernière conduisait une politique "d'action je crois pouvoir
dire inédite au sein des Nations unies".  
    "Il n'y a pas un autre pays qui est aussi actif que nous
pour obtenir des résultats diplomatiques sur le sujet syrien",
a-t-il souligné, répliquant au passage aux critiques de son
prédécesseur dans Le Monde.  
    "Ces dernières années en Syrie, est-ce que les moments
d'absence de dialogue complet avec la Russie ont permis
d'avancer davantage? Je n'ai pas (ce) sentiment", a-t-il lancé.
    "Il est de bon ton de nous attaquer et de dire 'La France
est de retour', mais je ne vois pas ce que sa politique du 'en
même temps' apporte de plus que nous", réagit un ancien membre
de l'administration Hollande.
    L'influence d'Emmanuel Macron sur le dossier syrien est-elle
pour autant plus significative que celle de Nicolas Sarkozy et
François Hollande? Plusieurs diplomates esquissent un "non".
    Certes, il est allé plus loin dans "l'interventionnisme" en
fixant deux "lignes rouges" au dirigeant syrien sur l'usage
d'armes chimiques et l'entrave à l'aide humanitaire. Mais plus
la première "ligne rouge" affleure, plus les conditions d'une
riposte militaire se restreignent : la France frappera en cas
d'attaques chimiques létales avérées et si "le faisceau
d'indices" en sa possession est étayé par ses services de
renseignement, dit-on désormais.
    Sur le volet humanitaire, Emmanuel Macron a adressé au moins
deux lettres au chef du Kremlin - l'une à l'été 2017, l'autre
fin 2017 - qui sont restées sans réponse.
    
    "SI ON NE FAISAIT RIEN...."
    Emmanuel Macron a également fait un pas supplémentaire dans
le "pragmatisme" en n'excluant pas d'associer des représentants
du régime voire Assad lui-même à des pourparlers de paix - ce
que François Hollande avait implicitement intégré - tout en
exigeant qu'il "réponde de ses crimes devant la justice
internationale".
    "C'est une approche compliquée et incohérente", tranche sans
détour un diplomate français de haut rang.
    Quant à la proposition du président français de former un
"groupe de contact" sur la Syrie, formulée en juillet 2017, elle
reste pour l'heure lettre morte. 
    "Si on ne faisait rien, ce serait encore moins efficace et
ce serait tout simplement inacceptable, on est obligé d'agir
dans des conditions comme celles-là", fait-on valoir à l'Elysée.
    Un diplomate français avoue sa "déception".
    Un rapprochement avec Vladimir Poutine orchestré au Château
de Versailles en mai 2017, six rencontres entre Jean-Yves Le
Drian et Sergueï Lavrov, des communiqués aux accents de rappels
à l'ordre...
    "Nos efforts pour ouvrir une nouvelle ère avec la Russie
n'ont pour l'instant pas porté leurs fruits", concède le
diplomate.
    "La diplomatie française doit s'interroger sur les leviers
dont elle peut user vis-à-vis d'acteurs récalcitrants. Il semble
qu'on ne se pose plus la question à Paris. Quand on conduit une
politique étrangère sans bâton ni carotte, on en arrive à ça",
juge Jalel Harchaoui, chercheur en géopolitique à l'université
Paris 8.

 (Sophie Louet pour le service français, édité par Yves
Clarisse)
 

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • JOG58
    13 mars19:34

    il ne s'est pas encore aperçu qu'il est inaudible vis a vis des grandes puissances (RUssie, USA etc...)

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer