Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Actions européennes : les convictions de Pictet
information fournie par Boursorama29/09/2017 à 18:55

Pour la première fois en sept ans, les analystes revoient leurs prévisions de bénéfices à la hausse pour les sociétés européennes. (crédit : Fotolia)

Pour la première fois en sept ans, les analystes revoient leurs prévisions de bénéfices à la hausse pour les sociétés européennes. (crédit : Fotolia)

L’économie européenne repart ! Compétitivité, confiance des ménages, consommation, tous les indicateurs sont au vert, selon Pictet Asset Management. Un alignement des planètes qui fait du Vieux Continent l’une des zones géographiques les plus prometteuses du globe selon Tomas Pinto, gérant du fonds Pictet-European Equity Selection.

De fait, du point de vue de la demande, la confiance des ménages remonte (enfin) la pente, ce qui relance la consommation et alimente la croissance économique. Coté offre, la compétitivité des entreprises s’améliore, portée par une hausse de 4% des exportations européennes, la confiance économique est au beau fixe (au plus haut depuis 10 ans en zone euro) tandis que les capacités d’investissement flirtent avec les 80%, seuil à partir duquel il devient nécessaire d’investir pour renouveler l’appareil productif. 

Contexte favorable 

Un environnement positif qui « devrait entraîner une augmentation significative des dépenses d’investissements et des rapprochement d’entreprises », analyse l’équipe de gestion de Pictet.  La récente fusion entre les deux géants du ferroviaire Alstom et Siemens en témoigne, même si ce mouvement de concentration n’est pas nouveau. Pour preuve « les opérations de fusions-acquisition en Europe ont progressé de 135% en valeur au premier semestre 2017 ». Cette augmentation fulgurante des "fusacq" s’explique notamment par le retour des investisseurs étrangers qui ont réalisé la moitié de ces opérations, selon Tomas Pinto. 

Résultat,  «pour la première fois en sept ans, les analystes revoient leurs prévisions de bénéfices à la hausse. Le consensus table aujourd’hui sur une progression de 15% en 2017 », conclut le gérant de Pictet. 

La revanche des actions européennes

Le fonds European Equity Selection sous-pondère les secteurs automobile, bancaire et des biens de consommations pour privilégier les valeurs technologiques tels que le fournisseur de capteurs AMS, ainsi que le spécialiste néerlandais des équipements de fabrication de semi-conducteurs ASML. Le fonds s’intéresse également à la sécurité informatique et choisit dans ce domaine Sophos, le spécialiste britannique du software. Dans le domaine des télécoms, l’équipe de gestion fait confiance au potentiel de Nokia, l’équipementier finlandais et maison mère d’Alcatel-Lucent, dont il juge le portefeuille de brevets sous-valorisé par le marché.

La sélection française

Cinq valeurs françaises ont trouvé place dans les 40 lignes du fonds de Pictet. Parmi elles, Vivendi figure en bonne position. Le groupe a notamment été retenu pour sa filiale Universal Music qualifiée de «pépite»  par le gérant qui fixe un potentiel de 20% au titre et un objectif de cours de 24 euros.

Autre conviction du fonds : Elis, alors que le groupe de blanchisserie industrielle a récemment réalisé une acquisition stratégique pour renforcer sa présence en Europe du Nord. Tomas Pinto apprécie également le solide carnet de commandes de l’équipementier aéronautique Safran qui fait partie du fonds avec un objectif à 107 euros, soit un potentiel de hausse de 26%. Pour boucler la sélection tricolore de la société de gestion suisse, on retrouve enfin le géant du BTP et des concessions Vinci, qui vient de lancer un programme de rachats d’actions, et Orpéa. Le spécialiste des maisons de retraites a décroché sa place grâce à sa capacité à dégager de la croissance.

Les paris originaux de Pictet 

Plus étonnant, le groupe détient une ligne dans Kaz Minerals qui n’est autre que le premier producteur de cuivre au Kazakhstan. Pari risqué ? Pas du tout à en juger du parcours du titre qui a pratiquement atteint l’objectif de cours fixé par l’équipe de gestion après avoir enregistré une hausse de…. 110% depuis le 1er janvier ! Comment expliquer une telle performance alors que l’évolution de la demande mondiale, notamment de la Chine est difficilement prévisible ?

D’abord, parce que le groupe est ultra-compétitif avec les coûts de production les plus bas du secteur. Une rigueur qui a directement profité à la rentabilité alors que le prix du cuivre a grimpé de plus de 15% depuis le début de l’année. Ensuite parce que les perceptives liées à l'essor du véhicule électrique suscitent l’intérêt des investisseurs pour la valeur. Un mouvement assez compréhensible alors que, pour fabriquer une voiture électrique, il faut entre 50 et 150 kilos de cuivre selon les estimations. La demande pourrait ainsi exploser avec l’émergence de ce nouveau marché. Selon les Echos, « Bloomberg Intelligence a calculé que la demande annuelle de cuivre pour la voiture électrique pourrait s'envoler de plus de 6.000% d'ici à 2040 ».

Autre pari osé, le fonds détient une participation dans Merlin Properties, le spécialiste de la gestion d'actifs immobiliers d'entreprise et commerciaux situés en Espagne. Avec cette position, Pictet mise sur la reprise du marché commercial espagnol, huit ans après l’éclatement de la bulle immobilière.  Le titre qui gagne 13,5% depuis le 1er janvier se négocie à 11,50 euros. L’équipe de gestion vise 16 euros sur le dossier. 

Depuis le début de l’année, ces paris sont en tout cas plutôt gagnants alors que le fonds progresse de près de 12% contre un peu moins de 9% pour l’indice Euro Stoxx 50.

Florentine Loiseau (redaction@boursorama.fr)

Valeurs associées

Euronext Paris +0.04%
Euronext Paris -0.24%
Euronext Paris -0.87%
Euronext Paris -0.41%
Euronext Paris -0.45%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.